La Chair des mots

ŒUVRE

Poésie

Midi lâchait l’essaim des pâles ouvrières.

Jules Laforgue, Le Sanglot de la terre

Étymologie

Œuvre < lat. opera = le travail, l’activité < opus = l’ouvrage, l’œuvre < rac. i.-e. *op- qui désigne toute activité productrice. Le sanscrit a une forme apah = l’œuvre.
De son côté, office < officium (of- < opus + -ficium << facere). L’office est le fait de faire, ou plus exactement l’activité (-fice) qui crée une œuvre (of-). Certains cependant expliquent le of- initial par l’évolution phonétique de ob (préfixe et préposition = vers, en avançant vers (avec ou sans idée d’hostilité)).

Domaines

Le corps : hors-d’œuvre
L’habitat : opus incertum (lat.), sous-œuvre
Le travail manuel : chef-d’œuvre, coopérant, coopérateur, coopératif, coopération, coopératisme, coopérative, coopérer, désœuvré, désœuvrement, inopérant, main-d’œuvre, manœuvrabilité, manœuvrable, manœuvre, manœuvrer, manouvrier, œuvrer, opérant, opérer, opus (lat.), ouvrabilité, ouvrable, ouvrage, ouvragé, ouvrager, ouvré, ouvrer, ouvrier, ouvrière, ouvroir, prêtre-ouvrier, usinabilité, usinage, usine, usiner, usinier
Les arts : chef-d’œuvre, œuvrette, opéra (< it.), opéra bouffe, opéra-comique, opérette (< all.)
Les sentiments : coopératif, coopérer, manœuvrier, optimisme, optimiste
La communication : copiage, copie, copier, copieur, copiste, copyright (ang.), opus (lat.), opuscule, photocopie (hyb.), photocopier (hyb.), photocopieur (hyb.), polycopie (hyb.), polycopié (hyb.), polycopier (hyb.), recopier, télécopie (hyb.), télécopieur (hyb.)
La spiritualité : office, official, officialité, officiant, officier, prêtre-ouvrier
Le travail intellectuel : copieusement, copieux, opérande, opérateur, opérationnel, optimal, optimalisation, optimaliser, optimisation, optimiser, optimum (lat.)
La politique : office, officialisation, officialiser, officiel (< ang.), officiellement, officier, officieusement, officieux, ouvriérisme, ouvriériste
L’économie : opulemment, opulence, opulent
La justice : copyright (ang.), office
La médecine : inopérable, officinal, officine, opérable, opération, opératoire, opéré, opérer, postopératoire, préopératoire
L’armée : officier, opimes, sous-off, sous-officier

Commentaire

Opérer, c’est d’abord exercer une activité productrice, quelle qu’elle soit, d’où le subst. l’ouvrage. Opérer et œuvrer étaient donc synonymes avant que le premier ne se concentre sur les activités du chirurgien. Un jour ouvrable est un jour où l’on peut travailler, un jour ouvré est un jour de travail. En apiculture, l’ouvrière désigne l’abeille qui va récolter le pollen et le nectar. Le manœuvre travaille étymologiquement avec ses mains comme outil. Le terme ouvroir, cher aux membres de l’Oulipo, désigne le lieu, dans les communautés religieuses de femmes, où celles-ci se rassemblent pour travailler. C’était aussi le lieu où des dames bénévoles faisaient des travaux de couture pour les pauvres d’une paroisse ou pour l’ornement d’une église. L’opéra est une œuvre, mais le terme s’est spécialisé dans le domaine du théâtre lyrique.
L’office désigne à la fois le service, les devoirs rendus à quelqu’un, la tâche, la fonction, la cérémonie religieuse, la pièce où l’on prépare les repas. L’officine est le local où le pharmacien entrepose, prépare et vend les médicaments au public. Le mot usine a la même étymologie qu’officine : c’est un lieu de travail pour le monde ouvrier. Officiel se dit de quelque chose qui est lié à une autorité, à une fonction reconnue. Officieux a d’abord signifié prompt à rendre service, obligeant. L’adj. s’emploie en particulier pour une information qui n’a pas reçu l’aval de l’autorité compétente. L’officier remplit sa fonction dans les armées. Le mot copie désigne aujourd’hui le support papier du travail de l’élève et ce travail, ainsi que la reproduction à l’identique d’un document. Comment, dès lors, reprocher à un élève de copier ? Le ver est donc dans le fruit étymologique ! Ce mot "copie" a d’abord signifié la grande quantité, l’abondance (qui résulte étymologiquement d’un travail en commun). Il en reste des traces dans copieux. L’adj. opimes, toujours au plur., signifie riche : les dépouilles opimes étaient à Rome les armes du général ennemi tué, dépouillé de la main du général romain victorieux. Opulent est un quasi synonyme de opimes en langage presque courant. Pour finir, l’adj. optimiste est dérivé du terme lat. qui a donné opulent : est optimiste celui qui produit beaucoup, qui est le meilleur, et qui, du coup, n’a pas de souci à se faire pour l’avenir, par opposition au pauvre qui, étymologiquement, produit peu.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque