La Chair des mots

FAIRE

Poésie

Qu’ai-je vu qu’ai-je fait qu’aurai-je été que je m’en satisfasse

Louis Aragon, Il ne m’est Paris que d’Elsa, La Mort à Paris

Étymologie

Faire < lat. vulg. fagere < lat. facere = placer, mettre dans tel ou tel état, agir sur, être actif, faire < rac. i.-e. *deH1- / *dH1- (fe- / fa- en lat.) = placer.
De son côté, chauffer < lat. vulg. calefare < lat. calefacere = chauffer.

Domaines

Les quatre éléments : stratification, stratifié, stratifier
La faune et la flore : affaitement, lignifier (se), nanifier, nidification, nidifier, ramification, ramifier
Le corps : confection, confire, confiserie, confiseur, confit, confiture, confiturerie, confiturier, contrefait, déficience, déficient, face, face-à-face, face-à-main, facial, faciès, faitout, fait-tout, maxillo-facial, olfactif, olfaction, ossification, ossifier, profiterole, sudorifique, tôt-fait
L’habitat : édification, édifice, édifier, façade (< it.), lignification, lignifier, réédification, réédifier, réfectoire
Le travail manuel : affaire, affairé, affairement, affairer (s’), affairisme, affairiste, affectation, affecter, amplifiant, amplificateur, amplification, amplifier, artifice, artificialisation, artificialiser, artificialité, artificiel, artificiellement, artificieusement, artificieux, aurification, biface, calcification, caprification, chauffage, chauffagiste, chauffant, chauffard, chauffe, chauffe-assiettes, chauffe-bain, chauffe-biberon, chauffe-eau, chauffe-pieds, chauffe-plat, chauffe-plats, chauffer, chaufferette, chaufferie, chauffeur, chauffeuse, chauffoir, classificateur, classification, classificatoire, classifier, codificateur, codification, codifier, cofacteur, complexification, complexifier, confection, confectionner, confectionneur, contrefaçon, contrefacteur, contrefaire, contrefait, défaire, défectueusement, défectueux, défectuosité, densification, densifier, désaffectation, désaffecté, désaffecter, désertification, désertifier, désertisation, déshumidificateur, déshumidification, déshumidifier, dévitrification, dévitrifier, diversification, diversifier, échauffant, échauffement, échauffer, effaçable, effacé, effacement, effacer, effaceur, effectuer, effet, efficience, efficient, face, facette, facetter, façon, façonnage, façonné, façonnement, façonner, façonneur, façonnier, facteur, factorerie, factotum (lat.), factuel, faisabilité, faisable, faiseur, fait, faits et gestes, fluidifier, frigorifier, frigorifique, fructification, fructifier, hacienda (esp.), humidificateur, humidification, humidifier, ineffaçable, inefficace, inefficacement, inefficacité, infaisable, intensification, intensifier, interface, lapidification, lapidifier, malfaçon, malfaire, manufacturable, manufacture, manufacturer, manufacturier, massification, mellification, mellifique, modifiable, modificateur, modificatif, modification, modifier, office, panifiable, panification, panifier, planifiable, planificateur, planification, planifier, raréfaction, raréfiable, raréfier, réchauffement, réchauffer, réchauffeur, refaçonner, refaire, réfection, revivifier, rigidifier, savoir-faire, scarifiage, scarificateur, scarifier, stratification, stratifié, stratifier, surchauffe, surchauffer, torréfacteur, torréfaction, torréfier, vinificateur, vinification, vinifier
Les arts : versificateur, versification, versifier
Les sentiments : affect, affectation, affecté, affecter, affectif, affection, affectionné, affectionner, affectivité, affectueusement, affectueux, affété, affèterie (< it.), afféterie (< it.), artifice, autosuffisance (hyb.), autosuffisant (hyb.), barbifiant, barbifier, bêtifiant, bêtifier, bienfaisance, bienfaisant, bienfait, bienfaiteur, bonification, bonifier, chosification, chosifier, déconfire, déconfit, déconfiture, défait, défaitisme, défaitiste, déqualification, déqualifier, désaffection, difficile, difficilement, difficulté, difficultueux, disqualification, disqualifier, édifiant, édification, édifier, effacé, effacement, efficace, efficacement, efficacité, escofier, facétie, facétieux, facile, facilement, facilitation, facilité, faciliter, fainéant, fainéanter, fainéantise, faire florès (hyb.), faire la pige, faire-valoir, farniente (it.), fashion (ang.), fashionable (ang.), forfaire, forfait, forfaiture, forfanterie (< it.), glorificateur, glorification, glorifier, gratifiant, gratification, gratifier, honorifique, horrifiant, horrifier, horrifique, imparfait, imparfaitement, imperfectibilité, imperfectible, imperfection, inaffectif, inaffectivité, infect, inqualifiable, insatisfaction, insatisfaisant, insatisfait, insignifiance, insignifiant, lénifiant, lénifier, magnificence, magnifier, magnifique, magnifiquement, malfaire, malfaisance, malfaisant, malfaiteur, malfrat, mirifique, munificence, munificent, mystifiable, mystifiant, mystificateur, mystification, mystifier, pacifier, pacifique, pacifiquement, perfectibilité, perfectible, perfection, perfectionnement, perfectionner, perfectionnisme, perfectionniste, pontifiant, pontifier, profiteur, prolifique, sans-façon, satisfaction, satisfaire, satisfaisant, satisfait, satisfecit, satisfiabilité, satisfiable, soporifique, statufier, stupéfaction, stupéfaire, stupéfait, stupéfiant, stupéfier, suffisance, suffisant, superficialité, superficiel, superficiellement, surfaire, surfait, terrifiant, terrifier, tonifiant, tonifier, vivifiant, vivificateur, vivification, vivifier
La communication : certificat, certificateur, certification, certifier, clarification, clarifier, défectif, défection, fac-simile (lat.), fac-similé (lat.), factitif, factum (lat.), faire-part, fait divers, fax (ang.), faxer (< ang.), imparfait, imperfectif, infectum (lat.), inqualifiable, notificatif, notification, notifier, officialisation, officialiser, perfectif, perfectum (lat.), plus-que-parfait, qualificatif, signifiant, significatif, signification, significativement, signifié, signifier, substantifier, versificateur, versification, versifier
La spatialité : orifice, superficialité, superficie, superficiel, superficiellement, surfaçage, surface, surfacer, surfaceuse, surfacique, volte-face
La temporalité : entrefaites, indéfectibilité, indéfectible, indéfectiblement, momification, momifier, mortifiant, mortification, mortifier
La spiritualité : béatification, béatifier, béatifique, déification, déifier, fétiche (< port.), féticheur (< néer.), fétichisme (< port.), fétichiste (< port.), magnificat (lat.), maléfice, maléfique, office, official, officialité, officiant, pontifical, pontificat, sacerdoce, sacerdotal, sacrificateur, sacrifice, sacrificiel, sacrifié, sacrifier, sanctifiant, sanctificateur, sanctification, sanctifier
Le travail intellectuel : abscons, artefact (< ang.), certifié, coefficient, de facto, déficience, déficient, effectif, effectivement, effectivité, en effet, facteur, factice, facticement, facticité, factoriel, factorielle, factorisation, facultatif, facultativement, faculté, identifiable, identificateur, identification, identificatoire, identifier, identifieur, insuffisamment, insuffisance, insuffisant, invérifiable, ipso facto (lat.), parfaire, parfait, parfaitement, personnification, personnifier, qualifiable, qualifiant, qualificatif, qualification, qualifié, qualifier, quantifiable, quantificateur, quantification, quantifié, quantifier, ramification, ramifier, ratification, ratifier, rectifiable, rectificateur, rectificatif, rectification, rectifier, rectifieur, rectifieuse, scientificité, scientifique, scientifiquement, signifiant, significatif, signification, significativement, signifié, signifier, simplifiable, simplificateur, simplification, simplifier, sous-effectif, spécification, spécificité, spécifier, spécifique, spécifiquement, suffire, suffisamment, suffisance, suffisant, sureffectif, vérifiable, vérificateur, vérificatif, vérification, vérificationnisme, vérifier, vérifieur
La physique : acétifier, acidifiable, acidifiant, acidification, acidifier, calcifié, calcifier, caléfaction, calorifique, caséification, décalcification, décalcifié, décalcifier, dulcification, dulcifier, émulsifier, fluidifiant, fluidification, gazéifiable (hyb.), gazéification (hyb.), gazéifier (hyb.), gélifiant, gélification, gélifier, liquéfacteur, liquéfaction, liquéfiable, liquéfier, lubrifiant, lubrification, lubrifier, nitrifiant, nitrification, nitrifier, oléfiant, oléifiant, opacification, opacifié, opacifier, pétrifiant, pétrification, pétrifier, plastifiant, plastification, plastifier, purifiant, purificateur, purification, purificatoire, purifier, putréfaction, putréfiable, putréfié, putréfier, recalcification, recalcifier, salifiable, salification, salifier, saponifiable, saponification, saponifier, solidification, solidifier, vitrifiable, vitrification, vitrifier
La politique : étatifier, factieux, faction, officiel (< ang.), officiellement (< ang.), officieusement, officieux, pacificateur, pacification, pacifier, pacifisme, pacifiste, planifiable, planificateur, planification, planifier, préfectoral, préfecture, préfet, préfète, réunification, réunifier, sous-préfectoral, sous-préfecture, sous-préfet, sous-préfète, unificateur, unification, unifier
L’économie : affairisme, affairiste, bénef, bénéfice, bénéficiaire, bénéficier, bénéfique, déconfiture, déficit (lat.), déficitaire, facturation, facture, facturer, facturette, facturier, faire les frais de, forfait, profit, profitabilité, profitable, profitant, profiter, réfaction, superbénéfice, superprofit
La justice : affaire, certificat, certificateur, certification, certifier, contrefaçon, contrefacteur, contrefaire, contrefait, falsifiabilité, falsifiable, falsificateur, falsification, falsifier, forfaire, forfait, forfaiture, infalsifiable, injustifiable, injustifié, justifiable, justificateur, justificatif, justification, justifier, malfaiteur, méfait, ratification, ratifier
La médecine : aurifier, auto-infection (hyb.), désinfectant, désinfecter, désinfection, fortifiant, immunodéficience, immunodéficitaire, infectant, infecter, infectieux, infectiologie (hyb.), infection, officinal, officine, primo-infection, rubéfaction, rubéfiant, rubéfier, scarificateur, scarification, stupéfiant, surinfecté, surinfection, tuméfaction, tuméfié, tuméfier
L’armée : défaire, défaite, faction, factionnaire, fortification, fortifier, officier, sous-off, sous-officier
Les loisirs : artifice, artificier, confetti (it.), disqualification, disqualifier, échauffement, qualificatif, qualification, qualifié, qualifier

Commentaire

Faire n’est pas une famille, ni même une grande famille. C’est LA famille, un monstre, une hydre aux têtes et tentacules si nombreux qu’ils échappent au dénombrement. On peut néanmoins tenter de reconstituer une histoire de l’évolution sémantique de la racine autour de quelques nuances principales. Historiquement, la nuance la plus ancienne est celle de placer. Elle est illustrée par le sacerdoce et sacerdotal. Le sens premier est celui d’offrir aux dieux des sacrifices, de placer ces objets sacrés sur l’autel, les victimes sur l’autel où elles sont sacrifiées. Le radical est néanmoins souvent interprété comme signifiant "faire des choses sacrées". Le vb suffire a d’abord, au niveau lat., signifié mettre à la place, puis suppléer, fournir, et, à la forme intransitive, se placer dessous, d’où être capable de supporter, d’où suffire. Être content de pouvoir supporter, suffire peut conduire à faire montre de suffisance. L’adj. abscons, quant à lui, signifie littéralement placé à l’écart, d’où caché, d’où difficile à comprendre. Infecter, étymologiquement, c’est placer, mettre quelque chose (de mauvais) dans (in-) une substance, un organisme. L’adj. infect renvoie à des exhalaisons de pourriture, à la puanteur, et, au sens figuré, à un comportement abject, qui provoque le dégoût moral. Infecter, infectieux et l’infection ont retenu le sens premier.
De l’idée de placer, on passe facilement à celle de placer à un poste, de nommer, d’où le terme préfet (celui qui est placé en tête, à la tête). D’où la préfecture, préfectoral, la préfète.
La nuance suivante est celle de faire changer d’état. C’est, quantitativement, la nuance la plus représentée. Elle concerne de très nombreux mots composés en -fier ou -faire (pour les verbes), en -fiable, -fiant, -faisant, -fait ou en -fique- (pour les adj.), en -fication (pour les subst.). Acidifier, c’est rendre acide. Acétifier, c’est transformer en acide acétique. Artificialiser, c’est rendre artificiel, en parlant d’un terrain. Amplifier, c’est rendre plus ample, accroître le volume, en parlant du son. Bonifier, c’est rendre bon, ou meilleur. Béatifier, c’est mettre au rang des bienheureux. Bêtifier, c’est affecter la bêtise. Calcifier, c’est convertir en sels de calcium. Barbifier, c’est raser, ennuyer. Chosifier, c’est traiter (une personne en général) comme une chose. Dulcifier, c’est rendre doux, au sens premier ou figuré. Rubéfier, c’est colorer en rouge. Etc., etc., etc.
On peut inclure ici la sous-fam. de chauffer, avec une évolution du rad. lat. de facere en fare. Le terme chauffeur, pour désigner celui qui est au volant d’une automobile, s’explique par le rôle de celui qui approvisionnait la locomotive à vapeur en charbon, à côté du mécanicien. On peut adjoindre le terme réfectoire qui désigne le lieu où l’on peut, après des efforts et de la fatigue, se refaire une santé, retrouver son état d’avant l’effort, se restaurer, au sens étymologique.
Dans le domaine culinaire, confire signifie traiter des fruits en général avec du sucre, dans le but de les conserver. Étymologiquement, confire c’est faire (-fire) entièrement (cum- devenant con-), achever, mettre dans un état d’achèvement, réaliser, élaborer, façonner. Cette nuance de façonner est plus facile à identifier dans la confiserie, le confiseur. L’idée de traiter à l’aide de sucre est, quant à elle, évidente dans la confiture. Tout ce qui est confit n’est pourtant pas comestible : le confetti (littéralement la chose confite) a d’abord été une dragée de plâtre, une petite boule de plâtre qu’on se lançait pendant les fêtes de Carnaval, avant de devenir un petit disque coloré en papier. Ce sens de dragée est encore aujourd’hui le sens du mot confetto en it. Sur conficere, achever, on relève aussi escoffier (ou escofier) qui signifie achever au sens de tuer, avec le préfixe ex- devenu es- qui renforce le sens d’achèvement : escoffier consiste à achever en faisant sortir de la vie ! De l’idée de façonner, on passe à celle de créer, visible par ex. dans l’adj. prolifique, littéralement qui fait, qui crée (-fique) de la descendance (proles en lat.).
Très souvent, le vb faire se retrouve employé comme synonyme d’agir. Le vb faire se prête à des emplois et nuances multiples, souvent liés à la présence de tel ou tel préfixe. On peut citer en passant refaire, la réfection, la réfaction (réduction du prix de la marchandise au moment de la livraison, lorsqu’elle ne correspond pas aux conditions convenues), le malfrat, le méfait, surfaire, profiter, affairé, confectionner, l’efficacité, l’efficience, suffire, le farniente, facile (qui peut être fait), faciliter, difficile, la difficulté. On peut ajouter façonner, la façon, le faitout ou fait-tout, le facteur, la faction, le factionnaire, factuel, la faculté, facultatif (ce qu’on peut, au choix, faire ou ne pas faire), le factum (écrit publié dans une intention polémique). Il serait dommage de laisser de côté factoriel (en statistique) et la factorielle (en mathématique), l’affaitement ou l’affaitage (le dressage d’un oiseau de proie), effectif, l’effectivité, effectuer et l’effet. Celui qui ne fait rien est un fainéant. Une hacienda, à savoir une ferme, un domaine, est étymologiquement une structure où il y a des choses à faire (facienda en lat.), du travail à fournir. Le terme orifice, quant à lui, évoque une ouverture, un trou (os en lat.) qui est pratiqué (-fice) pour faire communiquer un lieu clos avec l’extérieur. La notion d’action disparaît pour mettre en avant celle d’ouverture, artificielle ou naturelle.
Le forfait, c’est une vilaine action réalisée en dehors du devoir, du droit, de la morale, et le préfixe for- y a le sens de "en dehors". A cette signification de forfait se rattachent forfaire et la forfaiture, ainsi sans doute que la forfanterie. A côté de ce sens de mauvaise action, le mot forfait a le sens d’entente, de contrat, de marché conclu, de prix convenu invariable dans un contrat. Dans ce cas, où forfait est employé pour *furfait, for- est le même élément que fur (le marché) de l’expression au fur et à mesure. Forfait, enfin, dans l’expression déclarer forfait, vient de l’anglais forfeit (emprunté au fr. forfait). Le forfait est alors une somme fixée à l’avance et qui sanctionne la non-exécution d’un engagement ou d’une obligation dans une épreuve sportive. C’est une évolution et une spécialisation du deuxième sens.
Avec certains préfixes, faire se spécialise dans l’évocation des opérations commerciales et financières : les affaires, affairiste, le profit, le profiteur, la profiterole (d’abord petite gratification, puis petit gâteau fourré de crème pâtissière et nappé de chocolat), le bénéfice, la facturation, la facture… On peut ajouter la factorerie (bureau d’une compagnie de commerce à l’étranger). Sur cette nuance d’agir se développe (dès le lat. facies) l’idée du résultat de l’action, de l’état de la chose faite, de la forme extérieure, de l’aspect, de l’apparence de la personne, d’où - en s’arrêtant à ce qui caractérise avant tout cette personne - le faciès, la figure, la face. A ce terme face on peut évidemment rattacher le biface, le face-à-face, le face-à-main, et, pour d’autres éléments que le visage, la façade, la facette, la surface, l’interface, effacer (faire disparaître une figure). Est superficiel ce qui se trouve à la surface, à la superficie. Une sous-fam. importante est celle du vb affecter. Le sens premier, dès l’époque latine, est celui de chercher à atteindre, d’œuvrer pour parvenir à ses fins, qu’on trouve dans l’affectation, affecté, d’où la nuance d’influence sur les sentiments, illustrée par l’affection, l’affect, l’affectivité, affectueux… Le terme office, quant à lui, présente des significations multiples, dans de nombreux domaines : la religion, le commerce, l’administration, le droit, les relations humaines. L’office, c’est aussi la pièce attenante à la cuisine où l’on dispose tout ce qui dépend du service de la table. Toutes ces significations remontent à une notion première qui est celle de charge, de fonction, c’est-à-dire à la fois une activité et le respect des devoirs liés à cette activité. Cela est dû à la formation du mot composé, à partir du radical du mot œuvre (opi- devenant of-) et de celui du vb faire. L’officine est le local où le pharmacien entrepose, prépare et vend les médicaments au public. Officiel se dit de quelque chose qui est lié à une autorité, à une fonction reconnue. Officieux a d’abord signifié prompt à rendre service, obligeant. L’adj. s’emploie en particulier pour une information qui n’a pas reçu l’aval de l’autorité compétente. L’officier remplit en général sa fonction dans les armées, et l’official est un juge ecclésiastique.
Ce qui est fabriqué peut aussi être analysé comme non naturel, avec des termes comme l’artefact, l’artifice, artificieux, et même comme faux, trompeur, comme on le voit dans factice. Le feu d’artifice et l’artificier illustrent cependant, eux, un sens mélioratif de la rac. de art : l’artifice, ici, est un procédé ingénieux, une technique. A partir d’une origine latine (facticius) signifiant artificiel, le mot fétiche a pris le sens de sortilège, d’amulette. Le glissement de sens s’est probablement opéré à partir d’une première évolution d’artificiel vers objet fabriqué. La facétie est d’abord une invention, un trait d’esprit. Le mot s’est orienté vers le sens de plaisanterie. L’afféterie (ou affèterie) est une manière affectée, quelque peu artificielle de se comporter, d’agir, de parler. La racine de faire sert enfin à caractériser une action ou un état accompli ou non, réussi ou non, tant en conjugaison qu’en critique d’art ou en psychologie. On rencontre alors le parfait et l’adj. parfait, l’imparfait, l’imperfection, l’imperfectibilité et la perfectibilité, la perfection, perfectible.

Complément

Viennent du grec des mots comme la taie (pour l’œil ou l’oreiller), la boutique, l’apothicaire, le thème, l’épithète, l’hypothèque, la bibliothèque, la thèse, l’hypothèse, la parenthèse, la synthèse.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque