La Chair des mots

TOURNER

Poésie

Le soleil sur Arles
En hurlant tourne en rond

Jacques Prévert, Paroles, Complainte de Vincent

Étymologie

Tourner < lat. tornare = tourner, façonner au tour, arrondir < tornus = le tour, l’instrument du tourneur < grec tornos = le tour, le mouvement circulaire U grec toros = usant, pénétrant, et teirein = user en frottant, tribein = frotter, user < rac. i.-e. *ter-H1- (*ter-) qui signifie user en frottant par un mouvement circulaire. Tornus << terere = frotter, polir, user en frottant.
De son côté, tribade < bas lat. tribas = la tribade < grec tribas U tribein. En grec, le terme désigne couramment une lesbienne.

Domaines

Les quatre éléments : tornade (< esp.)
La faune et la flore : taret, térébelle, térébratule, tourne-pierre, tournesol (< it.), triticale
Le corps : atourneur, atours, tarière, tournedos
Le travail manuel : chantournement, chantourner, compte-tours, contourné, détourné, détournement, détourner, détritivore, détritus, entourner, entournure, retournage, retourner, taraud, taraudage, tarauder, tarière, térébrant, tour, tourer, touret, tourillon, tourillonner, tournage, tourne-à-gauche, tournebride, tournebroche, tourne-disque, tournette, tourneur, tourne-vent, tournevis, tourniquet (< it.), trépan (< gre.), tri, triage, triboulet, tribulations, trier, trieur, trieuse, trimbalage, trimbalement, trimbaler, trimballage, trimballement, trimballer, triturateur, trituration, triturer
Les arts : ritournelle, tournage
Les sentiments : contrit, contrition, entourage, entourer, tarauder, torgnole, tournebouler, tournevirer, tribade, tribadisme
La communication : contourné, détouré, détourer, diatribe, tournure, tréma (< gre.)
La spatialité : à l’entour, alentours, autour, contour, contournement, contourner, demi-tour, détour, entourage, entourer, incontournable, non-retour, pourtour, retour, retournement, retourner, tour, tournailler, tournant, tournée, tourner bride, tournicoter, tourniquer (< it.), tournoiement, tournoyant, tournoyer
La temporalité : tournant, tournemain
La spiritualité : attrition, contrit, contrition, tourier
Le travail intellectuel : retournement, tri, trier
La physique : tourne, tourné
L’économie : ristourne
La justice : détournement, détourner, détriment
La médecine : térébrant, tournis, trépan (< gre.), trépanation (< gre.), trépaner (< gre.), turista (esp.)
Les loisirs : cyclotourisme, retourne, retourné, touring (ang.), tourisme (< ang.), touriste (< ang.), touristique (< ang.), tournoi

Commentaire

La rac. évoque l’usure par frottement rotatif, au sens premier ou au sens figuré, comme dans le détritus, tarauder, le taraud, tarauder, le taret (mollusque marin qui creuse des galeries dans le bois des bateaux, des pilotis), la tarière (du charpentier ou de certains insectes), triturer (dont le premier sens était "battre le blé"), le trépan, trépaner, l’attrition (action de réprimer ses vices ; regrets que leur souvenir inspire, et résolution de ne plus y céder), la contrition (attrition imparfaite), le détriment (dommage, préjudice), la tribade (le terme désigne une femme homosexuelle), le touret, trier (d’abord frotter de manière à enlever la balle, battre le grain, tirer de l’épi, mettre à part), la (ou les) tribulation(s) (il s’agit étymologiquement de presser la terre, les mottes, avec la herse, de les écraser, d’où l’idée de tourmenter, de torturer l’âme pour éprouver sa foi, puis de vivre une suite d’aventures plus ou moins désagréables, de revers), le tréma (d’abord des points percés sur un dé), la térébelle (à partir d’un mot lat., terebella, sorte de tarière utilisée en obstétrique [voir éventuellement l’article très documenté de Wikipédia à l’entrée embryotomie], mot construit sur terebrum, qui signifie la tarière), la térébratule (autre animal marin doté d’une tarière). Cette acception première concerne aussi bien sûr le travail du tourneur, avec le tour, chantourner, détourer. Le terme triticale illustre cette même nuance : c’est un mot-valise formé sur triticum et secale. Secale désigne le seigle (cf. l’entrée "scier") et triticum le blé, à partir du vb terere. Le blé est ainsi étymologiquement de la chose moulue. Le triticale est donc un croisement, mais ce n’est pas un OGM pour autant !
Le tour peut aussi être un mouvement horizontal ou vertical, éventuellement autour d’un axe, comme l’illustrent les termes le contour, contourner, le demi-tour, le détour, détourner, entourner (enrouler en tournant autour de quelque chose), le retournement, la tornade, le tournesol, le tournebroche, tournevirer, le tournevis, tourier (qui s’occupe du tour au sens de armoire ou caisse en bois, cylindrique et tournante, posée dans l’épaisseur d’un mur de monastère ou d’hôpital, qui permettait d’abandonner anonymement des nourrissons), le tournage, la tourne (du lait ou du vin), la tournette (plateau tournant, en verrerie ou au théâtre), le tourniquet, le tournis, tournoyer.
L’évolution suivante de la racine traduit un quelconque mouvement non rectiligne, une courbe, voire un mouvement en sens contraire du précédent, comme retourner, la ristourne, la torgnole (d’abord une gifle, comme dans l’expression retourner une gifle), tourer une pâte feuilletée (la plier et replier plusieurs fois sur elle-même), contourné (qui présente des lignes courbes, peu naturel, maniéré, "représenté de profil et regardant à senestre" en héraldique), le tourisme, la turista, la diatribe (discussion où chacun des intervenants renvoie à l’autre ses arguments), la ritournelle (phrase musicale qui précède et termine un air ou en sépare les strophes, propos continuellement répétés), le tournant, le retour, le tourne-pierre (un oiseau qui retourne les pierres pour y trouver des vers ou des mollusques), le tourne-vent, tourner bride, le tournemain, tournicoter, le tournoi (compétition où les participants échangent des coups comme les locuteurs dans la diatribe, à moins qu’il ne s’agisse de tournois d’improvisation théâtrale, de jeux de cartes, de jeux d’échecs), la tournée, trimbaler ou trimballer (à partir du verbe lat. tribulare signifiant écraser, sur lequel est construit le mot tribulation, il y aurait eu une influence de baller, au sens de danser, aller deçà delà, d’où traîner partout avec soi sans précautions, à moins qu’il ne faille rapprocher trimbaler de tribart, sorte de carcan formé de trois bâtons et destiné à empêcher les bovins de traverser les haies).
De l’idée de mouvement, on passe à celle de forme arrondie, avec le tourillon, le triboulet (du bijoutier). Du tour, on passe à l’espace circulaire qui nous entoure, et à ce qui s’y trouve, avec les alentours, autour, l’entourage, entourer, le pourtour, les atours (environnement immédiat du corps), et l’entournure.
Requiem pour un métier d’autrefois : l’atourneur, et surtout l’atourneresse. "Jusqu’au seizième siècle, ce mot désigna les couturières qui confectionnaient les atours des gentes dames, principalement les escoffions et les hennins. Quoique rarement utilisé, le terme s’appliqua par la suite aux marchandes de coiffes." (Gérard Boutet, La France en héritage, Perrin, 2007)

Complément

Viennent du grec des mots comme le trauma, le traumatisme, traumatiser, traumatisant, la traumatologie, traumatique.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque