La Chair des mots

RAVIR

Poésie

À sept ans, il faisait des romans, sur la vie
Du grand désert, où luit la Liberté ravie,
Forêts, soleils, rives, savanes !

Arthur Rimbaud, Poésies, Les Poètes de sept ans

Étymologie

Ravir < lat. rapere = ravir, emporter violemment, se saisir vivement de, enlever de force ou par surprise.
De son côté, la serpe < lat. vulg. sarpa < sarpere = tailler la vigne.
Une rac. i.-e. *ser-p- / *sr-p- exprimant l’idée de crochet, de croc, de harpon semble à l’origine de la famille.

Domaines

Les quatre éléments : orpailleur (hyb.), ravin, ravine, ravinement, raviner
La faune et la flore : dératisation, dératiser, harpie (< gre.), rapace, rat, rate, ratier, ratière, raton, sarment, sarmenter, sarmenteux
Le travail manuel : dérapage, déraper (< prov.), orpailleur, queue-de-rat, rapide, rat-de-cave, ravage, ravager, ravageur, serpe, serpette
Les sentiments : harpie (< gre.), rapacité, rapiat, ratonnade, ratonner, ravi, ravissant, ravissement, ravisseur
La temporalité : rapide, rapidement, rapidité
La spiritualité : Harpie (< gre.), harpie (< gre.), ratichon (arg.)
La physique : mort-aux-rats, raticide
La justice : rapine, rapiner, rapinerie, rapt, ratonnade, ratonner, ravisseur, usurpateur, usurpation, usurper

Commentaire

La sous-fam. de serpe semble représenter le sens le plus ancien de la famille de ravir. Celle de sarment s’en rapproche, par la forme en crochet. La Harpie, avant d’être une femme acariâtre (harpie sans majuscule), était un monstre fabuleux à tête de femme et à corps de rapace, d’où son nom. Le mot rapace est à associer à rapiat. La rapine, le rapt, le ravin, raviner, ravager évoquent aussi une action brutale qui détruit ou qui spolie. Le verbe ravir, au sens premier, complète la série, mais il a pris un sens mélioratif grâce un cheminement original. Quand l’oiseau de proie ravit une tourterelle, il l’emporte dans les airs : c’est un ravisseur. Des airs, on passe facilement au ciel (ou au Ciel ! ). Transporter au Ciel peut mettre en extase et en pâmoison, d’où le ravissement. Est par ailleurs ravissant ou ravissante celui ou celle dont on pense qu’il ou qu’elle peut nous transporter au ciel, surtout au septième…
L’appartenance de déraper et dérapage à la famille de ravir est discutée. Il semble cependant que ces termes aient d’abord signifié emporter, riper, déplacer, en parlant d’une ancre marine, puis d’un véhicule quelconque. Le mot orpailleur serait quant à lui le résultat d’une contraction entre "or" et "harpailler" qui signifiait "saisir" en anc. fr., à partir d’une contamination entre harper (hérité de la forme grecque de la rac., comme dans harpie) et le radical de arpelleur qui désignait celui qui tirait le sable ou la vase des rivières avec une pelle. Le verbe usurper, quant à lui, est très proche du sens premier. Usurper, c’est étymologiquement s’emparer de force d’un usage, d’un droit, d’un bien, d’un pouvoir. L’adj. rapide, étymologiquement, signifie qui emporte prestement (ce qu’il a dérobé). Seule la notion de vitesse a subsisté.
Reste le problème de la sous-fam. de rat à l’étymologie discutée. Si, pour le lat. pop. attesté rattus qui a donné le mot rat, on ne retient pas l’origine onomatopéique (bruit de grignotage), ni une origine germanique assez peu convaincante, il reste à proposer, pour expliquer rattus, un croisement entre rapidus (rapide, ou voleur) et cattus (le chat). Le rat n’est certes pas un chat rapide. Il est plutôt aussi rapide que le chat… Il n’emporte pas le chat pour le manger… Solution la moins abracadabrantesque : le rat serait celui qui emporte (vole) ce que le chat mange, à condition qu’il ne s’agisse pas de blé… Dans la sous-fam. de rat, le rat-de-cave est une bougie longue et mince, le mot raton, petit du rat, a été utilisé comme injure à l’égard des Nord-Africains, d’où la ratonnade. Et le terme ratichon désigne un aumônier de prison, puis un prêtre, dans une acception dépréciative.

Complément

Vient du grec : Harpagon.
Rater et le ratage appartiennent sans doute à la famille de ras.
Viennent du germ. : le harpon, harponner, l’arpion, la harpe, l’arpège (par l’it.).

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque