La Chair des mots

PROUVER

Poésie

Ah ! l’Inspiration superbe et souveraine

Paul Verlaine, Poèmes saturniens, Épilogue

Étymologie

Prouver < lat. probare = mettre à l’épreuve, faire l’épreuve, éprouver, vérifier, agréer, approuver < probus = de bon aloi, de bonne qualité, probe, honnête. Il est très vraisemblable (Jacqueline Picoche) que probus se compose de pro- (en avant, bien droit) + -bus de la racine i.-e. *bew-H1- / *bw-H1- / *bew-eH1- (bu- / fu- / fo- en latin) qui signifie croître, se développer, et qu’on trouve dans le radical de certaines formes du verbe être. Probus signifierait alors "qui pousse bien droit".
De son côté, futur < lat. futurus (participe futur d’une des racines du verbe être) < même rac. i.-e.
Par ailleurs, pubère < lat. puber ou pubes (adj.) = adulte, pubère U pubes (subst.) = le signe de la virilité, le poil, l’aine, la jeunesse. Littré explique "pubis" par une rac. i.-e. *pew- qui signifie nourrir, engendrer (cf. l’entrée "poule"), et un suffixe -bis issu de la même racine i.-e. *bew-H1- / *bw-H1- / *bew-eH1-.

Domaines

La faune et la flore : ente, enter, entoir, pubescence, pubescent
Le corps : épreuve, éprouvant, éprouvé, éprouver, impubère, impuberté, inéprouvé, pubère, pubertaire, puberté, pubien, pubis (lat.)
Le travail manuel : enture, éprouvette
Les arts : futurisme, futuriste
Les sentiments : improbe, improbité, probe, probité, superbe, superbement
La communication : approbateur, approbatif, approbation, approbativité, approuvable, approuvé, approuver, désapprobateur, désapprobation, désapprouver, enté, futur, improbateur, improbation, réprobateur, réprobation, réprouvable, réprouvé, réprouver
La spatialité : fûmes (nous), furent (elles), furent (ils), fus (je), fus (tu), fut (elle), fut (il), fûtes (vous)
La temporalité : futur
La spiritualité : probation
Le travail intellectuel : contre-épreuve, épreuve, éprouvant, éprouvé, éprouver, équiprobable, futurologie (hyb.), futurologique (hyb.), futurologue (hyb.), improbabilité, improbable, improuvable, preuve, probabilisme, probabiliste, probabilité, probable, probablement, probant, probatoire, prouvable
La justice : probation, probationnaire, probatoire
La médecine : pubalgie (hyb.)
Divers : Futuroscope (hyb.)

Commentaire

Le sens premier de "qui pousse bien droit" a apparemment disparu. L’adj. probe ne renvoie certes plus à une croissance physique satisfaisante, mais il désigne une attitude morale satisfaisante. Toute la sous-fam. de probe dérive de cette idée. Cette attitude morale satisfaisante conduit à donner son approbation ou sa réprobation. Cette approbation n’est donnée qu’après vérification : c’est alors qu’apparaissent l’épreuve, la preuve, l’éprouvette… Quant au sens de croître, se développer, il se maintient dans la sous-fam. de puberté, donc de pubis, pubien, pubère, etc. La fin du radical (ce qui suit la syllabe pu-) exprime l’idée de croissance. Avant de signifier adulte, pubère signifie qui atteint les limites de sa croissance, qui vient de devenir adulte. Cette limite de croissance se caractérise par l’apparition des poils pubiens. (Voir à l’entrée "poule" le sens de la syllabe pu-). Ce même sens de croissance, certes très affaibli, se retrouve dans les formes du verbe être, surtout au passé simple. Je fus signifie étymologiquement "je me développai", "je grandis", "je crûs". De la même façon, la sous-fam. de futur renvoie à cette idée de développement. Le terme superbe (adj. ou subst.) désigne ce qui (ou celui qui) s’est développé au-delà des proportions habituelles, des normes, avec le sens de très beau et d’orgueilleux (trop conscient de sa supériorité). Pour finir, la sous-fam. de enter (greffer) est construite à partir d’un part. impotus dérivé de imputare, greffer, donc de putare au sens de nettoyer, lui-même emprunté au grec emphuteuein qui signifie implanter.

Complément

Viennent du grec des mots comme enter (greffer), (la / le) physique, le physicien, des composés comportant le radical phyto- ou -phyte ou physio-, comme la physiocrate, la physiocratie, la physiognomonie, la physionomie, la phytopathologie, la phytopharmacie, le phytoplancton, le phytothérapeute, la phytothérapie, halophyte, pyrophyte, l’ostéophyte, (le) saprophyte, l’astrophysicien, l’astrophysique.
Vient du germ. via l’ang. le building.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque