La Chair des mots

PRENDRE

Poésie

Le temps d’apprendre à vivre il est déjà trop tard
Que pleurent dans la nuit nos cœurs à l’unisson

Louis Aragon, Le Musée Grévin, Il n’y a pas d’amour heureux

Étymologie

Prendre < lat. prendere < prehendere = saisir, prendre, occuper (un lieu), arrêter quelqu’un

Domaines

La faune et la flore : lierre, proie
Le travail manuel : cache-prise, entreprenant, entreprendre, entrepreneur, entrepreneurial, entreprise, imprenable, impresario (it.), imprésario, pochette-surprise (hyb.), préhenseur, préhensible, préhensile, préhension, prendre part à, présurier, prise, priser, priseur, reprendre, repreneur, reprisage, reprise, repriser
Les sentiments : appréhender, appréhensif, appréhension, déprendre (se), déprise, dépriser, emprise, entreprenant, entreprendre, éprendre, incompréhensif, malappris, prédateur, prédation, prenant, pris, proie, surprenant, surprendre, surprise
La communication : répréhensible, répréhension, reprendre
La spiritualité : carême-prenant
Le travail intellectuel : appréhension, apprendre, apprenti, apprentissage, compréhensibilité, compréhensible, compréhensif, compréhension, comprendre, comprenette, désapprendre, incompréhensibilité, incompréhensible, incompréhension, incompris, irrépréhensible, méprendre (se), méprise, préapprentissage, rapprendre, réapprendre
La physique : présure, présurer
L’économie : reprise
La justice : appréhender, déprédateur, déprédation, emprisonnement, emprisonner, entrepreneur, preneur, prison, prisonnier, repris
L’armée : imprenable, prenable, représailles (< it.)
Les loisirs : reprise, surprise-partie

Commentaire

Prendre, c’est appréhender, c’est se saisir de quelque chose, d’abord avec les mains, puis avec le cerveau. La grande majorité des termes renvoient à ce sens. Quelques uns s’en écartent un peu, mais en apparence seulement. Priser, ici, c’est aspirer par le nez du tabac ou "moins courant, dit Larousse, une autre substance : cocaïne, etc." Le prisonnier est d’abord quelqu’un qui a été pris, ce qui en fait un prévenu et un détenu, avant qu’il ne soit élargi, après d’éventuels transfèrements... Le prédateur effectue des prises sur le milieu naturel (ou non) pour assouvir ses besoins. Les victimes sont des proies. La présure fait cailler, c’est-à-dire prendre le lait. Tomber à l’improviste sur quelqu’un, c’est le surprendre. S’éprendre de quelqu’un, c’est concevoir un vif attachement pour lui. Les représailles sont des violences qu’on fait subir à l’ennemi pour s’indemniser d’un dommage qu’il a causé : on lui reprend ce qu’il a pris. Étymologiquement, l’impresario prend (-presario) sa rémunération sur (im-) les contrats qu’il négocie pour un artiste. Dans l’expression carême-prenant, qui renvoie au catholicisme, carême signifie quarante (voir l’entrée "quatre"). L’expression désigne les trois jours (dimanche, lundi et mardi gras) qui précèdent le mercredi des cendres et donc le début du carême, quarante jours avant Pâques. Carême-prenant était un terme utilisé aussi comme synonyme de carnaval. Pour finir, le mot lierre est issu de hereda qui a donné iedre en anc. fr., puis lierre par agglutination avec l’article, en même temps qu’il recevait un second [r] purement graphique. Le mot est parfois rattaché au lat. haerere (être attaché), mais il semble plutôt remonter à une forme *hendere comme dans pre-hendere (prendre).
Requiem pour un métier d’autrefois : le présurier était un "marchand et / ou [un] fabricant de présure" (Gérard Boutet, La France en héritage, Perrin, 2007).

Complément

Priser, au sens de «accorder de la valeur», appartient à la famille de prix.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque