La Chair des mots

POSER

Poésie

Suprême, une langueur s’exhalait des calices,
Et les marins pâmés sentaient, lentes délices,
Des velours de baisers se poser sur leurs yeux...

Albert Samain, Les Sirènes

Étymologie

Poser < bas lat. pausare = s’arrêter, cesser. Le part. passé de pausare (pausatus) s’est confondu très tôt avec celui de ponere (positus) = poser, placer, c’est-à-dire mettre dans une situation stable, fixe, ce qui accentue encore la confusion créée par la proximité phonétique. De plus, ponere est un composé de po- (qui est sans doute un équivalent de "por", variante de "pro" = en avant, avec un sens aussi souvent intensif que spatial (devant)) + sinere = laisser, placer, établir, installer, permettre < rac. i.-e. *sey- qui signifie permettre. Ce vb ponere, même sans le préfixe po-, avait d’ailleurs comme premier sens celui de poser, d’où ne plus retenir, d’où laisser libre, d’où permettre. Un verbe comme "déposer" relève donc de ponere quand il signifie "mettre à terre" et de pausare quand il signifie "attester". Enfin, la plupart des termes français relevant de ces deux familles datent d’une époque où la confusion était solidement installée dans l’esprit des gens, d’où les hésitations de plusieurs étymologistes à rattacher tel ou tel mot à la racine de "pausare" ou à celle de "ponere". Par mesure de simplification, les deux racines sont donc ici regroupées sous l’entrée "poser".

Domaines

La faune et la flore : ovipositeur, pondaison, pondeur, pondeuse, pondoir, pondre, ponte, reposée
Le corps : compote, compotier, postillonner (< it.), postural, posture (< it.), prédisposer, prédisposition, repos, reposant, reposé, reposer
L’habitat : imposte (< it.)
Le travail manuel : aéropostal, aposter, apposer, apposition, composant, composante, composé, composer, composite, composition, compost (ang.), compostage (< ang.), composter, composteur (< it.), décomposable, décomposer, décomposeur, décomposition, dépose, déposer, dépositaire, déposition, dépôt, dépotoir, diapositive (hyb.), disposé, disposer, dispositif, disposition, entreposage, entreposer, entreposeur, entrepositaire, entrepôt, exposant, exposer, exposition, interposer, interposition, juxtaposé, juxtaposer, juxtaposition, malposition, posage, pose, posé, posemètre (hyb.), poseur, postage, postal, poste, posté, poster, postiche (< it.), postier, postillon (< it.), poteau, recomposable, recomposer, recomposition, repose, repose-pied, repose-pieds, repose-tête, repositionner, superposable, superposer, superposition, transposable, transposer, transposition, voiture-poste
Les arts : composer, compositeur, exposition, transposable, transposer, transpositeur, transposition
Les sentiments : disponibilité, disponible, dispos (< it.), imposant, imposteur, imposture, indisponibilité, indisponible, indisposer, indisposition, posé, posément, positif, positivement, positivité, pote, suppôt
La communication : antéposer, antéposition, apposition, à-propos, à propos de, avant-propos, composition, contre-proposition, déponent, désinence, désinentiel, exposé, juxtaposer, juxtaposition, opposition, postposer, postposition, prépositif, préposition, prépositionnel, prépositivement, propos, proposable, proposer, proposition, propositionnel, publipostage, surcomposé
La spatialité : dépôt, in situ, opposé, opposite, ponant (< it.), ponantais (< it.), position, positionnement, positionner, positionneur, poste, site, situation, situé, situer
La temporalité : pause, pause-café, pauser, reposer
La spiritualité : déposition, imposer, imposition, reposoir
Le travail intellectuel : composé, composée, exponentiel, exponentiellement, exposant, indécomposable, opposé, opposition, positif, positivisme, positiviste, positivité, présupposé, présupposer, présupposition, situationnisme, situationniste, supposable, supposé, supposer, supposition, transposée, transposition
La physique : composant, composé, positif, positivité, positon, positron, sous-exposer, sous-exposition, surexposer, surexposition
La politique : imposé, imposer, néopositivisme (hyb.), néopositiviste (hyb.), opposant, opposer, opposition, oppositionnel, préposé, préposer, prévôt, prévôtal, prévôté
L’économie : dépositaire, dépôt-vente, timbre-poste
La justice : déposant, déposer, déposition, dépôt, imposable, imposer, imposition, impôt, inopposabilité, inopposable, opposabilité, opposable, opposant, opposer, surimposer, surimposition
La médecine : indisposé, indisposition, séropositif, séropositivité, suppositoire
L’armée : avant-poste, poster
Les loisirs : ponte, ponter

Commentaire

La famille est complexe et toute tentative de classification se fait plus facilement en fonction des sens évolués qui dépendent bien sûr en partie des préfixes plutôt qu’en suivant une évolution sémantique et chronologique des diverses nuances. On peut au demeurant pour commencer isoler un certain nombre de termes qui illustrent la nuance de permettre, laisser faire, autoriser, en gardant en tête que le rad. a d’abord signifié poser. Même ici, les préfixes sont aussi porteurs que les radicaux. Ces termes sont déposer (au sens de faire une déposition), le déposant, la déposition, le dépositaire (dans certains emplois), imposable, imposant, imposer, l’imposition, l’imposteur, l’imposture, imposé, l’impôt, l’opposabilité, opposable, opposant, opposer, l’opposition, opposé.
La nuance suivante est celle de s’arrêter, de cesser, de mettre fin à un processus. On rencontre alors, avec de nouveau un rôle important des préfixes, des termes comme la pause, la pause-café, pauser, déponent (se dit d’un vb lat. qui a une conjugaison passive et un sens actif : le vb dépose alors le sens passif, le met de côté, à l’écart), le ponant (c’est-à-dire l’Ouest, où le soleil semble terminer sa course), ponantais, la désinence (ce qui, littéralement, met un terme à un mot), désinentiel. La sous-fam. de reposer illustre pour l’essentiel cette nuance de s’arrêter, avec des termes comme le repos, reposant, reposer (en liaison avec le repos), le reposoir, reposé, la reposée (le lieu où une bête se repose pendant la journée).
La nuance suivante est celle de mettre dans une situation stable, dans telle ou telle situation, de placer, de poser (sur un support). On rencontre alors de très nombreux termes, parmi lesquels on peut citer la pose (le fait de poser), posé, posément, la dépose et la repose (pour un meuble, un appareil), déposer (quand le vb signifie poser à terre), la déposition (dans l’expression Déposition de Croix), le dépositaire (dans certains emplois), le dépotoir (qui a subi pour l’orthographe l’influence du mot pot), le dépôt, le dépôt-vente, le poseur. On peut ajouter la sous-fam. de poster, avec la poste, le poste, posté, le postage (l’expédition du courrier, surtout par paquebot), composter, le composteur, postal, poster, le publipostage, l’avant poste, le postier, le postillon (l’homme qui conduit les chevaux d’une voiture de poste, puis la boulette de pain contenant un message et que les détenus se lancent pour communiquer, puis la gouttelette de salive projetée en parlant), postillonner, aposter (mettre quelqu’un en poste pour qu’il guette), la posture, postural, composter, le compost, le compostage, le timbre-poste, le postiche (quelque chose qui est placé à côté, d’où à la place, ou plutôt dérivé du lat. tardif appositicius, au sens de feint, avec aphérèse, c’est-à-dire coupe du début du mot), l’imposte (en architecture ou menuiserie). On peut citer aussi la position, positif, le positionnement, positionner, le positivisme, la positivité, le positon ou positron (antiparticule de l’électron), repositionner, le prévôt, la compote (terme qui désigne étymologiquement un mets composé de plusieurs éléments), le compotier, la diapositive (l’inverse photographique d’un film négatif), la disponibilité, disponible, l’ovipositeur (tarière des insectes), exponentiel, le poteau (à partir du lat. postis, le jambage de porte, puis celui sur lequel on peut s’appuyer), le pote (terme formé sur poteau, au sens figuré du mot).
Il existe aussi une sous-fam. construite sur le part. passé du vb lat. sinere (poser, puis permettre), à savoir situs, le site. On peut illustrer cette sous-fam. avec le site, ce qui est posé, placé, installé. De là situer (placer en un lieu, établir, assigner), la situation, le situationnisme, situé, in situ. Une autre sous-fam. est constituée par une évolution directe et ancienne du lat. ponere, à savoir pondre (déposer ses œufs sur le sol, dans un nid), la pondaison, pondeur, plus souvent au fém. quand il s’agit de la poule, le pondoir, la ponte, ponter (dans certains jeux, miser de l’argent contre la banque, à partir d’un sens de ponere déjà présent en lat., déposer de l’argent).
Restent de nombreuses sous-fam. de mots forgés sur poser, avec des suffixes mais surtout des préfixes divers. C’est le cas de composer, avec le composant, la composante, composite, le compositeur, la composition, décomposable, décomposer, la décomposition, composé, la composée, recomposer, la recomposition, surcomposé. C’est le cas de disposer, avec le dispositif, la disposition, disposé, dispos, prédisposer, la prédisposition, indisposer, l’indisposition, indisposé. C’est le cas d’exposer, avec l’exposant, exposé, surexposer, la surexposition, l’exposition, ou d’antéposer, avec l’antéposition, ou d’apposer, avec l’apposition, ou d’interposer, avec l’interposition. Sur le composé supposer, on a la supposition, le suppositoire, supposé, le suppôt, présupposer, la présupposition, le présupposé. Sur juxtaposer, on a la juxtaposition. Sur entreposer, on a par ex. l’entreposage, l’entrepôt. Sur préposer, on a par ex. la préposition, prépositionnel, le préposé. Sur superposer, on a la superposition. Sur transposer, on relève transposable, la transposition et en math. la transposée. Sur proposer (poser devant, avec spécialisation de la sous-fam. dans la communication), on relève l’avant-propos, le propos, proposable, la proposition, propositionnel, l’à-propos (subst.) et la loc. adv. à propos de. Et enfin, sur postposer, on relève la postposition.

Complément

Vient du grec : la ménopause.
Au sens d’«établir un pont sur un navire», ou de «réaliser un pontage en chirurgie», ponter appartient à la famille de pont.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque