La Chair des mots

PENSER

Poésie

Et, peut-être, les mâts, invitant les orages
Sont-ils de ceux qu’un vent penche sur les naufrages

Stéphane Mallarmé, Poésies, Brise marine

Étymologie

Penser < lat. pensare = peser, peser le pour et le contre, payer < pendere = être suspendu à, être pendant, peser (un certain poids), dépendre de, être interrompu U pondus = le poids U pensum = le poids de laine que l’esclave devait filer par jour, la tâche, la fonction

Domaines

Les quatre éléments : contrepente, pendage, pente, pentu
La faune et la flore : pensée, suspenseur
Le corps : appendice, staturo-pondéral, surpoids
L’habitat : appentis, dépendance, penderie, soupente
Le travail manuel : appendre, appesantir, appesantissement, compensable, compensateur, compensation, compensatoire, compenser, contrepoids, dépendre, dispensateur, dispensation, pansage, panser, penchement, pencher, pendant, pendeloque, pendentif, pendeur, pendiller, pendillon, pendoir, pendouiller, pendre, pendu, pendulaire, pendule (la), pendule (le), penduler, pendulette, pendulier, penture, pesage, pesant, pèse-bébé, pesée, pèse-lettre, pèse-personne, peser, pesette, peseur, peson, poêle (le), remonte-pente, rependre, soupeser, suspendre, suspendu, suspenseur, suspension, suspente
Les sentiments : bien-pensant, dépendeur, guet-apens, penchant, pendable, pendard, pesamment, pesant, peser, pondération, pondéré, pondérer, prépondérance, prépondérant, propension, récompense, récompenser, suspense (ang.), vilipender
La communication : compendieusement, compendieux, compendium (lat.), compensé, pense-bête, suspension
La spatialité : demi-pension, demi-pensionnaire, pension, pensionnaire, pensionnat
La temporalité : pendant, suspendre, suspendu, suspens, suspensif, suspension
La spiritualité : libre-pensée, libre-penseur, libre penseur, suspens, suspense (ang.)
Le travail intellectuel : arrière-pensée, cependant, impensable, impondérabilité, impondérable, maître-penseur, pensable, pensant, pensée, pensement (arc.), penseur, pensif, pensivement, perpendiculaire, perpendiculairement, perpendicularité, repenser
La physique : apesanteur, pendulaire, pesanteur, pèse-acide, pèse-alcool (hyb.), poids, pondérable, pondéral, pondérateur, pondéreux
La politique : indépendantisme, indépendantiste
L’économie : compensable, compensation, compensatoire, compenser, dépens, dépense, dépenser, dépensier, dispendieusement, dispendieux, pension, pensionné, pensionner, stipendiaire, stipendié, stipendier, surcompensation
La justice : dépendance, dépendant, dépendre, dépens, dispensable, dispense, dispenser, indépendamment, indépendance, indépendant, indispensable, interdépendance, interdépendant, pendable, pendaison, pendeur, pendu, pensum
La médecine : appendicectomie (hyb.), appendicite (hyb.), appendiculaire, compensé, décompensation, décompensé, dépendance, dépendant, dispensaire (< ang.), insulinodépendance, pansement, panser, surcompensation, suspensoir
Les loisirs : parapente

Commentaire

On peut aborder la famille de penser par le pensum, en lat. le poids de laine que l’esclave devait filer par jour, puis la tâche, la fonction, et aujourd’hui le travail intellectuel pénible, ennuyeux, le devoir supplémentaire imposé à un élève comme punition. La nuance associée à ce pensum est donc celle de peser. C’est en fait la nuance fondamentale de la famille Cette nuance est très présente dans la famille de penser, par ex. dans l’apesanteur, appesantir, le contrepoids, impondérable, le pesage, pesamment, pesant, la pesanteur, la pesette (petite balance de précision), le peson (sorte de balance), la pesée, le poids, pondéral, la pondération, pondérer, le pèse-acide, le pèse-bébé, le pèse-lettre, le pèse-personne, soupeser, le surpoids, prépondérant… À la nuance de peser, on peut associer la sous-fam. de dispenser. Dispenser, c’est étymologiquement peser (-penser) en répartissant (dis-), d’où répartir, distribuer.
De cette idée, on passe à celle d’accorder une permission, une autorisation, permettre tantôt de faire quelque chose qui est défendu, mais cet emploi est devenu rare, tantôt de ne pas faire quelque chose. De là la dispense, la dispensation, indispensable, le dispensateur (au sens positif, celui qui répartit), le dispensaire (établissement de soins médicaux qui y sont donc dispensés, c’est-à-dire distribués).
Par ailleurs, ce qui est pesant a tendance à pendre, pesanteur oblige, ou à pencher, d’où, au sens premier ou au sens figuré, certains termes comme la dépendance, dépendre, pendable, la pendaison, le pendant, pendard, la pendeloque, le pendentif, la penderie, pendiller, pendouiller, (le) pendu, pendulaire, penduler, la pendulette, la pendule, le pendule, la soupente, suspendre. On peut ajouter le suspens, le suspense, suspensif, la suspension, l’indépendance, indépendant, l’indépendantiste, le parapente, le penchant, pencher, la pente, le remonte-pente, la propension, perpendiculaire, la perpendicularité, appendre (suspendre un drapeau, un ex-voto), un appentis (toit à une seule pente, dont le faîte s’appuie à un mur, petit bâtiment adossé à un grand), cependant (littéralement cela étant pendant, en suspens). Un appendice est un élément, un sous-ensemble, une partie ajoutée à une plus grande, en particulier en anatomie, d’où l’appendicectomie, l’appendicite. Le mot poêle, au masc., au sens d’appareil de chauffage, est l’évolution d’une expression latine, balnea pensilia, ou balneae pensiles, qui désignait des bains construits sur des voûtes et chauffés par-dessous. C’est par un sens évolué de suspensio, la voûte, que l’adj. pensilis s’est développé avec ce sens de suspendu, devenu ensuite le subst. poêle. La voûte est perçue comme un élément architectural suspendu. Les bains suspendus sont des bains construits sur des voûtes et chauffés par-dessous.
Peser le pour et le contre avant de prendre une décision peut se dire penser. Cette nuance est illustrée par des termes comme (le) bien-pensant, impensable, le pense-bête, le penseur, pensif, la pensée (la réflexion et la fleur qui est considérée comme l’emblème du souvenir), le libre-penseur, la libre-pensée, le maître-penseur, pensivement, le guet-apens (avec guet qui vient, comme guetter, du franc., et apens de l’anc. fr. apenser signifiant former un projet, préméditer), vilipender (traiter avec mépris, à partir de vili- au sens de vil, et de -pender au sens de penser, estimer). Les formes panser, le pansement et le pansage présentent quant à elles juste une variante orthographique pour penser. L’idée est que, pour panser une plaie (d’où le pansement) ou un cheval (d’où le pansage), il faut d’abord y penser, accorder une concentration et un soin particuliers à la réalisation de cette action.
Sur l’idée de peser se développe la nuance de contrebalancer, de payer, avec des termes comme compensable, compensateur, la compensation, compenser, compensé, dispendieux, les dépens, la dépense, dépenser, dépensier, pensionner, la récompense, récompenser, la pension (somme versée pour l’entretien d’un enfant, pour rétribuer d’anciens services, au sens de retraite, pour être nourri, logé, d’où le fait d’être logé, nourri, et l’établissement qui propose la pension), le pensionnaire, le pensionnat, la décompensation. On peut ajouter le terme stipendiaire (celui qui est à la solde, celui qui paie un tribut, à partir du lat. stips, la pièce de monnaie, et pendere au sens de payer), stipendier (avoir à sa solde), stipendié (qui est payé pour accomplir une action, d’où corrompu). Pour finir, compendieux signifie qui s’exprime en peu de mots, bref, concis, à partir de cum- devenu com- au sens évolué de concerté, réfléchi, et de -pend-, rad. de pendere, signifiant payer. De l’idée de ne payer que ce qui est nécessaire, on est passé à économiser, puis à économiser les mots. Le terme compendium, pris directement au lat., signifie le résumé, l’abrégé.

Complément

Au sens de «manteau», le mot poêle appartient à la famille de pallier.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque