La Chair des mots

LAISSER

Poésie

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon coeur
D’une langueur
Monotone.

Paul Verlaine, Poèmes saturniens, Chanson d'automne

Étymologie

Laisser < lat. vulg. laxicare < lat. laxare = étendre, élargir, détendre, relâcher, laisser aller, libérer, lâcher, céder < rac. i.-e. *sl-H2-g- qui signifie détendre. Littré considère lassus (qui a donné "las" en fr.) comme une évolution de laxus, donc de la même famille que laisser. Le lien n’est pourtant pas fermement établi, et les deux entrées "las" et "laisser" restent indépendantes.

Domaines

Les quatre éléments : lais, laisse
La faune et la flore : laissées
Le corps : sot-l’y-laisse
Le travail manuel : lâchage, lâche, lâché, lâcher, laisse, laissé-pour-compte, laxité, relâche, relâché, relâchement, relâcher, relaisser
Les arts : laisse
Les sentiments : alangui, alanguir, alanguissement, délaissé, délaissement, délaisser, lâchage, lâche, lâchement, lâcher, lâcheté, lâcheur, laissé-pour-compte, laisser-aller, langoureusement, langoureux, langueur, languide, languir, languissamment, languissant, laxisme, laxiste, relax (ang.), relaxant, relaxation
La spatialité : relais
La temporalité : délai
La justice : legs, prélegs, relaxe, relaxer
La médecine : laxatif
L’armée : laissez-passer
Les loisirs : laissées, relais, relayer, relayeur

Commentaire

Le relâchement physique apparaît dans le laxatif, lâcher. Très vite, on passe à des emplois où le psychique intervient en même temps que le physique, avec des termes comme alangui, délaissé, langoureux, relaxer, la relâche. Le psychisme l’emporte dans des mots comme le délaissement, la langueur, le laxisme. Dans des domaines précis, le legs (écrit lais en anc. fr.) est ce que quelqu’un laisse par testament à un légataire. L’adj. lâche renvoie d’abord à une chose peu contrainte, par ex. une corde, puis à un caractère peu courageux, peu porté sur le respect de la morale. Le mot relaxe appartient au voc. judiciaire. Le terme relais a d’abord désigné, dans l’expression relais de poste, le lieu où l’on pouvait laisser des chevaux fatigués et en prendre d’autres, reposés, puis les chevaux dispos eux-mêmes, et c’est de ce sens qu’on est passé à la course de relais.
Pour finir, le mot laisse désigne la ligne, sur la plage, atteinte par la mer, où se retrouvent tous les objets (du bois de flottage aux détritus les plus divers) laissés par la mer à l’occasion des marées. Le mot lais (masc.) désigne les terrains que la mer, en se retirant, laisse à découvert. La laisse est aussi la corde, la lanière qui sert à mener un chien en lui laissant une relative liberté. C’est aussi un couplet, une tirade dite, chantée sans interruption, pour laquelle l’interprète laisse, donne libre cours à la voix. Au plur., les laissées sont les fientes que le gibier laisse et que les chiens et les chasseurs exploitent pour se lancer sur sa piste.
Le terme délai pose problème : certains le font remonter au germ. laibjan qui signifie faire rester. D’autres le rattachent à la famille de fertile (cf. cette entrée), mais il n’est pas exclu de pouvoir le rattacher à la famille de laisser, avec le sens de laps de temps qui est laissé. -

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque