La Chair des mots

CHAUD

Poésie

Je ne sais pourquoi je me bats. J’ai pleuré dans la chaleur torride
Le monde est beau ! Les femmes se donnent avec des airs de s’oublier !

Jacques Bertin, Un voyage

Étymologie

Chaud < lat. calidus ou callidus = chaud

Domaines

Les quatre éléments : réchauffement
Le corps : chaud-froid, échaudé, réchauffé
L’habitat : chauffeuse, chauffoir
Le travail manuel : acalorique, caloporteur, calorie, calorifère, calorifique, calorifuge, calorifugeage, calorifuger, calorimètre (hyb.), calorimétrie (hyb.), calorimétrique (hyb.), caloriporteur, calorique, chaudière, chaudron, chaudronnée, chaudronnerie, chaudronnier, chauffage, chauffagiste, chauffant, chauffard, chauffe, chauffe-assiettes, chauffe-bain, chauffe-biberon, chauffe-eau, chauffe-pieds, chauffe-plat, chauffe-plats, chauffer, chaufferette, chaufferie, chauffeur, échaudage, échaudé, échauder, échaudoir, échauffant, échauffement, échauffer, hypocalorique (hyb.), inchauffable, préchauffage, préchauffer, réchaud, réchauffage, réchauffement, réchauffer, réchauffeur, surchauffe, surchauffer
Les sentiments : câlin, câlinage, câliner, camouflet, chaleureusement, chaleureux, chaloir, chaudement, nonchalamment, nonchalance, nonchalant, nonchaloir
La physique : acalorique, caléfaction, caloporteur, calorie, calorifique, calorifuge, caloriporteur, calorique, chaleur, hypocalorique (hyb.)
L’économie : achalandage, achalandé, achalander, chaland
La médecine : chaude-pisse
Les loisirs : échauffement

Commentaire

La chaleur est souvent à prendre au premier degré, avec la calorie, la chaleur, la chaudière, le chaudron, chauffer, le réchaud, réchauffer, échauder, échauffer… La chaleur peut être envisagée au second degré, comme sentiment souvent, avec échauffer, chaleureux, échaudé, chaleureusement. Le chaland, c’est-à-dire le client, est quelqu’un qui est excité, échauffé, intéressé par la marchandise offerte. Achalandé signifie donc bien pourvu en clients, puis, par glissement de sens, bien pourvu en marchandise, d’où le vb achalander employé au sens de approvisionner. Une expression comme "cela ne me fait ni chaud ni froid", au sens de "cela m’importe peu", explique le vb chaloir, où la troisième pers. du sing., dans l’expression "peu me chaut", signifie "peu m’importe". Ce qui importe se traduit par une excitation qui augmente la température. Celui que rien n’émeut ni n’excite est nonchalant. Le terme chauffeur, pour désigner celui qui est au volant d’une automobile, s’explique par le rôle de celui qui alimentait la locomotive à vapeur en charbon, à côté du mécanicien. Le terme camouflet, étymologiquement le chaud mouflet, a désigné (CNRTL) "la fumée épaisse que l’on souffle malicieusement au nez de quelqu’un avec un cornet de papier enflammé", voire le pet, d’où l’idée d’affront. La seconde partie du nom "peut se déduire du wallon moufler" qui signifie enfler ses joues, à partir du mot moufle qui désigne un "gros visage aux traits épais, [aux joues gonflées comme pour souffler]". Voir à l’entrée moufle.
Pour finir sur une note un peu plus sympathique, câliner a d’abord signifié se reposer quand il fait chaud. L’inactivité, mal perçue, a fait évoluer le vb vers le sens paresser. Câlin a renvoyé l’image de quelqu’un de paresseux et se stupide, qui reste avachi, ou celle de cajoleur, de flatteur, pas toujours animé d’intentions honnêtes… Il reste que le terme renvoie aussi l’image de la tendresse, de caresses affectueuses.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque