La Chair des mots

BOIS

Poésie

Vers les buissons errent les lucioles

Paul Verlaine, Poèmes saturniens, L’Heure du berger

Étymologie

Bois < grom. boscus ou bosca = le bois < gaulois boskos = le bois

Domaines

La faune et la flore : bocage, bocager, boisé, boisement, boiser, boqueteau, bosquet, bouquet, bouqueté, bouquetier, buisson, buissonneux, buissonnier, déboisement, déboiser, reboisement, reboiser, sous-bois
L’habitat : boiserie, petit-bois
Le travail manuel : boisage, boiser, boiseur, bolduc, boucher, bouchon, bouchonner, bouquetier, bouquetière, bûcheron, déboisage, déboiser, débouchage, déboucher, déboucheur, porte-bouquet, rebouchage, reboucher, tire-bouchon, tire-bouchonner
Les arts : hautbois, hautboïste
Les sentiments : bouche-trou, buissonner, buissonnier, école buissonnière
La spatialité : Bois-le-Duc
La physique : bouchonné
La justice : bouquet
Les loisirs : buissonner

Commentaire

Le bois est avant tout l’endroit couvert d’arbres, avant d’être la matière première. Du bocage au boqueteau, du bosquet au buisson, de déboiser à reboiser et au sous-bois, le bois sur pied est partout. La ville de Bois-le-Duc, aux Pays-Bas, a vu naître Jérôme Bosch mais aussi le bolduc (par déformation phonétique du nom de la ville). Le bouquet, de fleurs par ex., délaisse les arbres pour des plantes herbacées. Le bois en tant que matière première apparaît aussi, par ex. dans la boiserie, le boisage, dans les galeries de mine, le hautbois, le petit-bois, qui divise un vantail de fenêtre et maintient les vitres.
Le vb boiser signifie, quant à lui, à la fois « planter des arbres » et « mettre en place un boisage ». Le bûcheron, de son côté, transforme l’arbre sur pied en matière première. Le Grand Chêne, la chanson de Brassens, illustre bien cette métamorphose irréversible. Boucher, ici, consistait jadis à fermer un trou avec une poignée d’herbe ou une touffe de végétation quelconque. Le vb s’est aussi employé pour signifier « entourer un pré d’une haie vive ». Le subst. bouchon a commencé par signifier le buisson, le « fourré », puis le « cabaret arborant une touffe de feuillage comme enseigne », pas uniquement à Lyon. C’est encore parfois avec une poignée de paille, appelée bouchon, qu’on bouchonne le cheval. Enlever le bouchon qui ferme une bouteille, c’est évidemment la déboucher.
Pour finir, faire l’école buissonnière ne consistait pas autrefois à batifoler dans la campagne pendant les heures de cours, mais à enseigner à l’abri des buissons, à la campagne, pour échapper à une taxe imposée par le clergé, en particulier celui de l’église Notre-Dame de Paris. L’école buissonnière était une école à la campagne, par opposition à l’école en ville. Au XVIe siècle, au début du protestantisme, les luthériens et les calvinistes, réprimés, tenaient des écoles clandestines dans les bois. Ces deux explications, retenues parmi d’autres, ne se contredisent pas, mais répondent à des situations chronologiquement différentes.
Requiem pour un métier d’autrefois : le boiseur était un « ouvrier puisatier ou fosseur chargé de soutenir, à l’aide de planches et de madriers, les parois de la cavité qu’on était en train de creuser. Cette opération était le "cuvelage". Le mot "boiseur" s’appliquait aussi au mineur qui étayait les galeries ». (Gérard Boutet, La France en héritage, Perrin, 2007)

Complément

Le bouquet, quand le mot désigne la crevette, signifie « le petit bouc », et vient du gaulois. Quand il s'agit d'une maladie des ovins, le mot appartient à la famille de bouche. Au sens de « sortir ou arriver précipitamment », déboucher appartient aussi à la famille de bouche.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque