La Chair des mots

VERTU

Poésie

Je me souviens d’une autre année
C’était l’aube d’un jour d’avril
J’ai chanté ma joie bien-aimée
Chanté l’amour à voix virile
Au moment d’amour de l’année

Guillaume Apollinaire, Alcools, La Chanson du mal-aimé

Étymologie

Vertu < lat. virtus = les qualités qui font la valeur de l’homme moralement et physiquement, la valeur caractéristique, la vertu, les qualités viriles, la vaillance masculine, la bravoure, le courage, la perfection morale. Le sanscrit offre la forme vira qui signifie le héros.
De son côté, héros < lat. heros = le héros, le demi-dieu < grec hêrôs = le demi-dieu. Selon Littré, le grec hêrôs est à rapprocher du sanscrit vira (avec un [i] bref) = le héros (le grec figure la perte du [v] initial par un esprit rude représenté par le [h] du français). En latin, ce radical vir- est celui du subst. vir qui désigne l’homme (par opposition à la femme).

Domaines

Le travail manuel : virolage, virole, viroler, virolier
Les arts : héroïcité (< gre.), héroï-comique (< gre.), héroïde (< gre.), héroïne (< gre.), héroïque (< gre.), héroïquement (< gre.), héroïsme (< gre.), héros (< gre.), virtuose (< it.), virtuosité
Les sentiments : dévirilisation, déviriliser, évertuer (s’), héroïcité (< gre.), héroïne (< gre.), héroïque (< gre.), héroïquement (< gre.), héroïsme (< gre.), héros (< gre.), vertueusement, vertueux, virago, viril, virilement, virilisant, viriliser, virilisme, virilité
La communication : tudieu, vertubleu, vertuchou, vertudieu
La spiritualité : tudieu, vertubleu, vertuchou, vertudieu
Le travail intellectuel : virtualité, virtuel, virtuellement
La politique : triumvir, triumviral, triumvirat, virilocal
La médecine : héroïne (< gre.), héroïnomane (< gre.), héroïnomanie (< gre.)

Commentaire

Les qualités (positives) associées à la virilité constituent le sens premier de la famille Étymologiquement, un homme est donc un héros ! Ainsi, il n’est pas étonnant que, de s’évertuer à viriliser, de la virtuosité à l’héroïsme, la plupart des mots de la famille soient mélioratifs.
Restent quelques jurons où la vertu, c’est-à-dire le pouvoir, la force, la toute-puissance de Dieu sont mis en doute.
Reste l’évolution vers les paradis artificiels du fém. du mot héros.
Reste l’évolution de l’adj. virtuel : de l’idée d’une qualité en puissance, toujours prête à se manifester, on passe à l’idée de non-concret, de non-visible, de théorique seulement dans une approche qui privilégie le concret.
Reste le terme virago qui a d’abord été mélioratif en désignant une femme qui avait des qualités d’homme, et est devenu dépréciatif en désignant une femme ne présentant pas un physique ou un caractère jugés typiquement féminins. Le mot vertu, d’ailleurs, signifiait à Rome le courage quand il qualifiait un homme, et la pudeur quand il s’agissait d’une femme…
Pour finir, l’appartenance de la sous-fam. de virole à cette famille est discutée. Il semble cependant possible de la rattacher au lat. vir car l’ancêtre de la virole était à Rome un bracelet réservé aux hommes.

Complément

Aucun lien étymologique ne peut être établi entre la rac. de "vertu" et celle de "violence".

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque