La Chair des mots

VAIN

Poésie

Nous errons à travers des demeures vidées
Sans chaînes sans draps blancs sans plaintes sans idées

Louis Aragon, Le Crève-coeur, Vingt ans après

Étymologie

Vain < lat. vanus = vide, creux, sans consistance, sans foi, trompeur.
De son côté, vide < anc. fr. vuit (masc.) / vuide (fém) < bas lat. vocitu (croisement entre vocivus (variante de vacivus) = vide, et de vacatus (part. pas. pas. de vacare = être vide, inoccupé, vacant < vacuus = vide, inoccupé, et non pas de viduus qui veut dire veuf.

Domaines

Les quatre éléments : gâtine, vacuolaire, vacuole
La faune et la flore : gâte-bois, vacive, veuve
Les groupes humains : gâtion, veuf, veuvage
Le corps : évanouir (s’), évanouissement, gâterie, vacuolaire, vacuole, vacuome
Le travail manuel : dégât, dévidoir, évacuant, évacuateur, évacuation, évacué, évacuer, évidage, évidement, évider, évidoir, évidure, gâter, gâte-sauce, transvider, vanity-case (ang.), vaquer, vidage, vidange, vidanger, vidangeur, vide-bouteille, vide-cave, vide-ordures, vide-poches, vide-pomme, vider, videur, vidoir, vidure
Les sentiments : dévastateur, dévastation, dévaster, dévider, gâterie, vanité, vaniteusement, vaniteux, vantard, vantardise
La communication : crévindieu, crévindiou, vain dieu, vains dieux, vanter
La spatialité : vacuum (lat.), vague, vaste, vastement, vastitude, vide
La temporalité : évanescence, évanescent, vacance, vacancier, vacant, vacataire, vacation
La spiritualité : crévindieu, crévindiou, vain dieu, vains dieux
Le travail intellectuel : en vain, gaga, gâteux, gâtifier, gâtisme, vacuité, vainement
La justice : viduité

Commentaire

Le sens premier de la rac., vide, apparaît souvent, par ex. dans dévider, vacant, vacataire, la vacuité, vague (pour qualifier un terrain vide de toute culture, à partir d’une forme vaque tirée du lat. vacuus et confondue avec vague, d’un emploi plus fréquent), vacive (se dit d’une brebis de deux ans qui n’a pas encore porté), la vacuole (cavité, en anatomie ou en géologie), le vacuome (ensemble des vacuoles d’une cellule), le vacuum, la vidange, vider, la vidure (ce qu’on ôte en vidant un animal), évacuer, évider, évanescent, s’évanouir, vaquer (d’abord cesser ses fonctions, d’où avoir du temps libre, d’où s’occuper d’autre chose, d’où s’occuper de, donc avoir une occupation). De vide, on passe aisément à veuf, avec le veuvage, la viduité (état de veuvage).
De vide, on passe aussi aisément à vaste, avec dévaster, et à vain, trompeur, avec vaniteux, la vanité, la vantardise, vanter (d’abord se vanter au sens de tirer vanité, s’attribuer à tort ou à l’excès des qualités, puis vanter au sens non dépréciatif de glorifier).
La dernière nuance de la rac. est celle de corrompre, avec gâteux, le dégât, gâter (flatter, rendre mauvais par des excès de cadeaux), gâtifier, le gâtion (enfant gâté, en Suisse), la gâtine (terre imperméable, stérile), gaga, le gâte-bois (papillon dont la chenille creuse des galeries dans divers arbres).

Complément

Au sens de «non structuré», «errant», l’adj. vague appartient à la famille de rêver.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque