La Chair des mots

SERVIR

Poésie

Et mon cœur, qui soulait être maître de soi,
Est serf de mille maux et regrets qui m’ennuient.

Joachim du Bellay, Les Regrets, Las, où est maintenant ce mépris de Fortune

Étymologie

Servir < lat. servire = être esclave, vivre dans la servitude < servus = l’esclave < rac. i.-e. *(s)wer- / *s(w)er- qui signifie faire attention, garder (des troupeaux)

Domaines

Les quatre éléments : observatoire
La faune et la flore : garde-bœuf
Le corps : conserve, conservé, conserverie, dessert, observable, observateur, observation, observer, serviette, serviette-éponge
L’habitat : desserte, observatoire
Le travail manuel : concierge, conciergerie, conservateur, conservation, conserve, conserver, conserverie, conserveur, desserte, desservir, garde-barrière, garde-corps, garde-fou, garde-meubles, libre-service, porte-serviettes, préservateur, préservation, préserver, réservation, réserve, réserver, réservoir, resservir, self-service (ang.), servante, serveur, serveuse, service, servocommande, servofrein, servomoteur, station-service
Les arts : conservatoire
Les sentiments : dévergondage, dévergondé, dévergonder (se), garde-malade, irrévérence, irrévérencieusement, irrévérencieux, irrévérent, réserve, réservé, révérence, révérenciel, révérencieux, révérer, servant, serviabilité, serviable, servile, servilement, vergogne, vergogneux
La spiritualité : desserte, desservant, desservir, irrévérent, observance, révérend, révérendissime, servant, service
Le travail intellectuel : conservatoire
La physique : conservateur
La politique : asservir, asservissement, conservatisme, conservatiste, garde-chasse, inobservable, inobservance, inobservation, inobservé, observable, observance, observation, observer, serf, servage, servante, service, servile, servilité, serviteur, servitude
La justice : conservatoire, garde-pêche, inobservable, inobservance, inobservation, inobservé, réservataire, réserve
La médecine : observation, préservatif
L’armée : garde-côte, réserviste, sergent, sergent-chef, sergent-major, servant
Les loisirs : serveur
Divers : Serge

Commentaire

Étymologiquement, les premiers esclaves étaient sans doute des cow-boys, du moins, en l’absence d’Indiens, des gardiens de troupeaux divers, bien loin du Texas. L’esclavage se serait donc développé d’abord à la campagne. La notion de servitude est encore bien présente dans la famille, au sens strict comme au sens figuré, du serf au servage, d’asservir à servile et serviable, de la servitude au serviteur. Que dire du sort de la servante, du serveur et de la serveuse ? Le gardien du troupeau est là pour observer, être attentif, et donc veiller à ce que le troupeau reste intact et en bon état, d’où le sens de conserver, illustré diversement par le conservateur, le conservatisme, la conserve, le conservatoire, observer, l’observateur, l’observatoire, préserver, le préservatif, etc. À l’armée, le sergent est un soldat au service de ses supérieurs, et le servant est affecté au service d’une arme. La réserve est ce qu’on met de côté, et que l’on conserve pour un usage ultérieur. Le moment où l’on retire de la table ce qui était servi est le moment du dessert. C’est la fin du repas, ou, plus exactement, aujourd’hui, le dernier mets. Le premier sens de desservir est donc celui-là. Le verbe desservir signifie aussi, à partir d’un autre sens du préfixe de- (complètement), assurer avec zèle un service, en parlant en particulier d’un transport en commun. La serviette est quant à elle la pièce de tissu dont on se sert à table ou pour la toilette.
Le concierge est étymologiquement un co-serviteur, un serviteur dont la fonction s’est spécialisée au fil du temps. Il existait d’ailleurs déjà à Rome une fonction servile de portier, qui remplaçait le chien devant la porte. Révérer, par ailleurs, c’est observer (au sens d’observance) scrupuleusement les interdits et les commandements dans le domaine religieux, c’est éprouver une crainte religieuse, puis honorer, respecter. Sur le rad. lat. de révérer, le mot vergogne est un synonyme de pudeur, de scrupule. Le terme s’emploie surtout dans des contextes négatifs, avec la préposition sans (cf. Brassens, Les Quatre Bacheliers). Et, sur un anc. fr. vergonde, doublet de vergogne, on a construit l’adj. dévergondé qui désigne quelqu’un qui mène sans honte une vie déréglée, qui s’adonne à la débauche.
Requiem pour un métier d’autrefois : le conserveur produisait des conserves alimentaires. (Gérard Boutet, La France en héritage, Perrin, 2007)

Complément

Viennent du germ. des mots comme garder, regarder, l’égard, l’égarement, la gare, le garage, le garagiste, la vareuse, la mégarde, garnir, le garnement, la garnison, (le) garni, guérir, (le) guérisseur, la guérison, la guérite, égarer, garer, le gardien, le garde-manger, le garde-boue, dégarnir, le lord, le steward.
Viennent du grec : le panorama, panoramique.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque