La Chair des mots

ROUGE

Poésie

Une grande lune farouche
Rougissait dans le bois profond.

Victor Hugo, Chansons des rues et des bois, Meudon

Étymologie

Rouge < lat. rubeus = roux, roussâtre < ruber = rouge < rac. i.-e. *H1r-ew-g- (rub- en lat.) qui désigne la couleur rouge. Le sanscrit a rudhira qui désigne le sang rouge.

Domaines

Les quatre éléments : rubellite, rubis
La faune et la flore : rouge-gorge, rouge-queue, rouget, rousseau, rousselet, rousserolle, roussette, rouvraie, rouvre, rubiacée, rubiette, russule
Les groupes humains : peau-rouge
Le corps : rissole, rissoler, roboratif, robuste, robustesse, rougeur, rougir, rougissant, rouquin, roux
Le travail manuel : dérouillement, dérouiller, roussi, roussir, roussissement, roussissure, rouverain, rouverin
Les sentiments : dérouillée, dérouiller
La communication : corroboration, corroborer, rubrique, rubriquer
La physique : antirouille, érugineux, infrarouge, rougeâtre, rougeaud, rougeoiement, rougeoyant, rougeoyer, rouget, rougeur, rougir, rougissant, rougissement, rouille, rouiller, rouillure, roussâtre, rousseur, roussi, roussir, roussissement, roussissure, roux, rubéfaction, rubescent, rubicond, rubigineux, rutilance, rutilant, rutilement, rutiler
La médecine : rougeole, rougeoleux, rubéfaction, rubéfiant, rubéfier, rubéole, rubéoleux
Divers : Rousseau

Commentaire

Rouge, c’est rouge… Le rouge-gorge, appelé aussi la rubiette, le rouge-queue, la rougeole, le rouget, rougir, la rougeur en témoignent. À peine moins évidents, on a le rubis, la rubrique (le mot a d’abord désigné le titre en lettres rouges des missels), la rubellite (tourmaline rouge), rubescent, la rubiacée (fam. de plantes incluant le gaillet, le caféier, la garance… ), rubicond, rubéfier et la rubéole. Mais rouge, parfois, ce n’est pas rouge, c’est presque rouge, c’est rougeâtre, roux, couleur rouille. D’où le patronyme Rousseau, dérouiller (au sens premier et au sens figuré), érugineux (qui a l’aspect de la rouille), rubigineux, la rousseur, roussi, rouquin (comme subst., le terme renvoie au vin rouge), le rousseau (autre nom de la dorade rose), le rousselet (une poire d’été à peau rougeâtre), la rousserolle (un passereau proche de la fauvette), la roussette (une grande chauve-souris), rouverin ou rouverain (se dit d’un fer que des impuretés rendent cassant), le rouvre (un chêne) et sa rouvraie, la russule (un champignon parfois comestible ( ! ) à chapeau jaune, vert, brun violacé ou rouge, d’où son nom).
La rac. est moins perceptible dans des mots comme robuste (qui vient du chêne rouvre, donc très solide, très résistant), roboratif (qui rend aussi solide que le chêne rouvre, en parlant d’un mets), corroborer (rendre très solide, fortifier, surtout dans le sens figuré), la rissole (un chausson de pâte feuilletée contenant un hachis de viande ou de poisson, frit et servi chaud), rissoler (la rissole cuit en prenant une teinte rousse ou dorée), et pour finir rutiler (être rouge, briller).

Complément

Viennent du grec : l’érysipèle, l’érythrine, l’érythème.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque