La Chair des mots

ROSE

Poésie

De mémoire de rose
On n’a vu mourir un jardinier

Julos Beaucarne, De mémoire de rose

Étymologie

Rose < lat. rosa = la rose < osque < grec rhodon < ancien persan wurdi = la rose. Une piste différente, mais non contradictoire, proposée par Littré, rapproche rosa de l’ancien persan vrada et du sanscrit vrad qui signifient se courber, être flexible. Le mot qui à lui seul a symbolisé la langue latine pour des générations de latinistes (cf. par ex. la fameuse chanson de Jacques Brel) n’est donc pas un mot latin pure souche !

Domaines

La faune et la flore : laurier-rose, primerose, rosacée, rosage, rosalbin, rosalie, rosat, rosé-des-prés, roselet, roseraie, rose trémière, rosette, roseval, rosier, rosiériste
Le corps : rosé, rosette
L’habitat : rosace
Le travail manuel : rosalie
La spiritualité : rosaire
La physique : rosacé, rosâtre, rosé, roser, roseur, rosir
La politique : rose-croix, rosette, rosicrucien, rosière
La médecine : couperose, couperosé, roséole
L’armée : rosalie
Divers : Rosabelle, Rosalia, Rosalie, Rose, Roseline, Roselyne, Rosemarie, Rosette, Rosine

Commentaire

La reine des fleurs, bien avant que son industrialisation mondialisée ne l’ait rendue inodore et quasiment sans épines, est à l’origine de nombreux prénoms féminins, au point de concurrencer Marie, autre icône de la virginité. La fleur apparaît encore dans la couperose, mot à mot la rose de cuivre. Le terme primerose, étymologiquement première rose du printemps, est un autre nom de la rose trémière. La rosace est un ornement circulaire, vitrail ou non, fait d’éléments floraux (souvent donc des roses) disposés autour d’un centre. Le rosaire, mot à mot la guirlande de roses, est un grand chapelet composé de quinze dizaines de petits grains, représentant les Ave, que séparent des grains plus gros, représentant les Pater. Le mot composé rose-croix renvoie à un membre de la Rose-Croix, "mouvement mystique", dit Larousse. C’est aussi un grade de la franc-maçonnerie. La rosière n’est pas une roseraie : c’était une jeune fille vertueuse à qui on décernait solennellement une couronne de roses. On lira avec intérêt et plaisir la nouvelle de Guy de Maupassant intitulée le Rosier de Madame Huchon.
De la fleur, on passe à la couleur, avec rosacé, rosir, roser, la roséole, la roseur, etc. Le terme rosage (archaïque et imprécis) désigne une plante à fleurs roses, notamment l’azalée et le rhododendron. Le rosalbin est un petit cacatoès australien, gris et rose. Le rosé des prés est un champignon bien connu, une "psalliote à lames rosées", dit Larousse. La pomme de terre appelée Roseval doit son nom à la couleur de sa pulpe. Le mot roselet renvoie à la fourrure d’été de l’hermine, d’un brun jaunâtre. Le terme rosette est polysémique : tantôt nœud formé d’une ou de deux boucles qu’on peut détacher en tirant les deux bouts, tantôt ruban noué en forme de rose, tantôt insigne de certains ordres civils ou militaires, qui se porte à la boutonnière ("ce ruban malheureux et rouge comme la honte dont vous ne vous êtes jamais décidé à empourprer votre visage", chante Léo Ferré dans Il n’y a plus rien), tantôt enfin ensemble de feuilles étalées en cercle au niveau du collet, tantôt enfin saucisson cru de Lyon. Les quatre premiers sens renvoient à la forme, la disposition des pétales, le dernier à la couleur.
Pour finir, le mot rosalie est lui aussi polysémique. Si son appartenance à la famille de rose semble acquise, son rattachement sémantique ne l’est pas. Le même terme renvoie à des véhicules Citroën des années 30, à la baïonnette pendant la guerre 14-18, à un coléoptère dont le nom savant est le cérambyx alpin de Linné (appelé aussi callichrome alpin), à une phrase de chant qui se répète en montant chaque fois d’un degré, et à la voiture à 4 roues (en général) et à pédales bien connue aujourd’hui dans des lieux touristiques. Si le passage du sens 1 au sens 5 est évident, le reste ne l’est pas. On peut juste conjecturer que le coléoptère, vu de dessus, évoque la forme rectangulaire de la voiture, avec quatre points noirs (sur fond bleu) figurant les quatre sièges (en cuir ? ) de la voiture… Comme pour le sens 4 où l’origine est avérée, il semble que tous les emplois renvoient au prénom Rosalie : chaque fois, une Rosalie a sans doute servi de muse ou d’inspiratrice…

Complément

Viennent du grec : le rhododendron et le rhodium.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque