La Chair des mots

PLAINE

Poésie

Sur la place où tout est tranquille
Une fille s’est mise à chanter

Jacques Brel, Sur la place

Étymologie

Plaine < lat. plana (fém. substantivé de planus = plan, plat, uni, égal, clair, net) < rac. i.-e. *pl-H2- (*pla-) qui désigne ce qui est plat, sans doute apparentée à la rac. *pl-eH1-th- (ple-) qui désigne aussi ce qui est plat. Cette parenté n’est cependant pas toujours admise, par exemple par Ernout-Meillet, qui évoquent un "groupe peu clair". La proximité sémantique a pu aussi influer sur des rapprochements étymologiques p.-ê. simplement populaires.
De son côté, place < bas lat. plattea < lat. platea = une rue large, une place publique < grec plateia (même sens) < platus = large et plat. Les deux [t] de plattea sont dus à un rapprochement avec plattus = plat.
De plus, plage < it. plaggia < grec plagios = oblique (cf. entrée plagiaire) U lat. plaga < grec plax = toute surface large et plate (une plaine, la surface de la mer). Ce terme plax est p.-ê. apparenté à pélagos = la mer, voire à plagios, la surface de la mer paraissant oblique, courbe à cause de la forme sphérique de la terre.

Domaines

Les quatre éléments : pénéplaine, platière (< gre.), platinage (< gre.), platine (< gre.), platiné (< gre.), platinifère (hyb.), replat (< gre.)
La faune et la flore : palmacée, palmarium, palmatifide, palme, palmé, palmeraie, palmette, palmier, palmifide, palmiforme, palmipède, palmiséqué, palmiste, palmite, paumure, planaire, plançon, plant, plantain, plantard, plantation, plante, planter, planteur, planteuse, plantigrade, plantoir, plantule, platane (< gre.), plate-bande (hyb.), plie, replantation, replanter
Le corps : gros-plant, palmaire, palmier, paume, placenta (< gre.), placentaire (< gre.), placentation (< gre.), plantaire, platée (< gre.)
L’habitat : plafond, plafonnage, plafonner, plafonneur, plafonnier, plain-pied, plancher
Le travail manuel : aéroplane (hyb.), aplanir, aplanissement, aplat (< gre.), aplati (< gre.), aplatir (< gre.), aplatissage (< gre.), aplatissement (< gre.), aplatisseur (< gre.), aquaplane, aquaplaning (hyb.), biplace, biplan, chauffe-plat (hyb.), chauffe-plats, couvre-plat (hyb.), déplantage, déplantation, déplanter, déplantoir, dessous-de-plat (hyb.), dessus-de-plat, empalmage, empalmer, empaumer, irremplaçable, monoplace (hyb.), monoplan (hyb.), monte-plats, palan (< it.), palmer, passe-plat (hyb.), paumelle, paumer, planche, planchéiage, planchéier, plancher, planchette, plane, planer, planeuse, planifiable, planificateur, planification, planifier, planisme, planisphère (hyb.), planiste, planning (ang.), plan-plan, plantage, plateau (< gre.), plateau-repas (hyb.), plate-forme (hyb.), raplatir (< gre.), remplaçable (< gre.), remplaçant (< gre.), remplacement (< gre.), remplacer (< gre.), triplace, triplan
Les arts : pianissimo (it.), pianiste, pianistique, piano (abr.), piano-bar (hyb.), pianoforte, pianotage, pianoter, plain-chant
Les sentiments : paumé, planant, planqué, platement (< gre.), platitude (< gre.)
La spatialité : arrière-plan, déplacement, déplacer, de plain-pied, emplacement, esplanade (< it.), implantation, implanter, méplat (< gre.), Palmyre, place (< gre.), placement (< gre.), placer (< gre.), placette (< gre.), placeur (< gre.), plage (< it.), plagiste (< it.), plan, planage, planéité, planer, planeur, planque, planqué, planquer, plat (< gre.), réimplantation, réimplanter, replacement (< gre.), replacer (< gre.), supplantateur, supplanter, surplace (< gre.), transplantable, transplantation, transplanter
Le travail intellectuel : coplanaire, palmarès, palme
La physique : napalm, palmitate, palmitine, palmitique
La politique : clan, paumée, planifiable, planificateur, planification, planifier
L’économie : déplafonnement, déplafonner, placier (< gre.), plafond, plafonnage, plafonnement, plafonner
La médecine : implant, implantable, implantation, implanter, palmature, palmé, pied-plat (hyb.), réimplantation, réimplanter, transplant, transplantable, transplantation, transplanter
L’armée : planton
Les loisirs : empaumer, planchiste, véliplanchiste

Commentaire

La nuance la plus fondamentale est celle de plat. On la rencontre dans de nombreux termes, parmi lesquels on peut citer aplanir, l’aplat, aplatir, le chauffe-plat, le couvre-plat, de plain-pied, le dessous-de-plat, l’esplanade, le monte-plats, le méplat, le pied-plat, le plafond (qui est un fond plat), plafonner, le plafonnier, plane, planer, le planeur, la planification, planifier, le planisphère, le planning, (le) plat, le platane, la plate-bande, la plate-forme, le plateau, la platitude, la platière (champ à surface plate au pied d’une colline), la platée, raplatir, la planéité, l’arrière-plan, l’aéroplane, le biplan, déplafonner, le plain-chant, (le) plan, le replat, la plaine, la pénéplaine, la plie (poisson plat, à partir du bas lat. platessa). Le mot placenta, qui désigne aujourd’hui l’enveloppe du fœtus, a d’abord renvoyé en grec puis en lat. à un gâteau plat, une galette.
L’origine du mot platine est sinueuse. A partir de l’esp. platina, dérivé de plata, l’argent (initialement plata de ariento, la plaque d’argent), le mot plate, synonyme non apparenté de plaque, a désigné toute espèce d’objets plats comme une lame, un lingot. Le platine a été considéré au départ comme une impureté de l’argent, et appelé platina, littéralement petit argent. Le mot plage désigne toute surface plate et large, en particulier la surface plate et large qui borde la mer, conformément à son étymologie complexe. De là le plagiste.
Une première variante de cette nuance de plat est fournie par la sous-fam. de piano. Le terme désigne à la fois une façon de jouer, doucement, et l’instrument. En ce sens, le mot est l’abréviation de l’it. pianoforte, qui désigne un instrument capable de produire à la demande des sons forts (forte) ou doux (piano). La douceur, explique Littré, est comparée à quelque chose d’uni. On retrouve cette nuance dans l’adv. plan-plan, qui évoque une marche calme, tranquille, et finalement lente. Sur le rad ; de piano, on relève pianissimo, le ou la pianiste, le piano-bar, le pianoforte, le pianotage et pianoter.
Une seconde variante de plat est celle de place. La place est d’abord une rue large, une place publique. Les autres sens sont dérivés du sens spatial (rang dans un classement, dans une file, etc.). De là placer, (le) biplace, le déplacement, déplacer, l’emplacement, irremplaçable, (le) monoplace, le placement, le remplacement, remplacer, remplaçable, le remplaçant, le replacement, replacer, le surplace, triplace.
La troisième nuance concerne la palme, d’abord la paume de la main, puis, par métonymie, la feuille de palmier, puis le palmier, puis l’emblème de la victoire. Cette nuance apparaît aussi dans des termes comme l’empalmage (escamotage de quelque chose dans la paume de la main), empalmer, empaumer (au jeu de paume, recevoir la balle dans la paume de la main ou en pleine raquette, ou synonyme de empalmer), la palmacée, palmaire (qui concerne la paume de la main), le palmarium (serre où sont cultivés les palmiers), le palmarès (à partir de l’adj. lat. palmaris signifiant qui mérite la palme), la palmature (malformation d’une main dont les doigts sont réunis par une membrane), la palme, palmer, la palmeraie, le palmier, Palmyre, le palmiste (palmier dont le bourgeon terminal est consommé sous le nom de chou palmiste), palmé, la paume, la paumelle, paumer (d’abord toucher de la paume de la main, puis prendre dans sa paume, puis, sans doute à travers le vb préfixé empaumer comme synonyme d’empalmer, constater la disparition de quelque chose, perdre, égarer), paumé, le palmipède, etc. Le mot napalm est composé de na- (pour naphténique, naphthenic en ang.) et de -palm (pour paltitique, palmitic en ang.), deux acides.
La quatrième nuance est illustrée par le mot plant. La plante est d’abord la surface plate du pied, d’où le plantain qui a des feuilles larges et plates comme la plante du pied. Le sens de végétal s’explique probablement par le cheminement suivant : la plante est d’abord un plant, quelque chose qui est enfoncé dans le sol, puis qui croît et devient une plante. Le plant est à la plante ce que le pied (la plante du pied) est au corps entier. On a donc oublié la notion de plat au profit de celle de base. De là planter, déplanter, le gros-plant (cépage appelé aussi folle-blanche, cultivé dans la région de Nantes), l’implant, l’implantation, implanter, le plantage (action de planter ou interruption d’un processus informatique due à une erreur dans la programmation), plantaire, le plantard (ou plançon : branche d’osier, de saule ou de peuplier utilisée comme bouture), la plantation, le planteur, (le) plantigrade, le plantoir, le planton, la plantule, replanter, réimplanter, supplanter, la transplantation, transplanter, etc. Le terme clan, quant à lui, désignant (CNRTL) un groupe social issu d’un même ancêtre (en Écosse), une tribu, puis un groupe, une association, semble bien être un emprunt au gaélique clann, la famille, descendance, à partir du mot lat. planta, le plant, le rejeton.
Par ailleurs, un ensemble de termes est, selon Ernout et Meillet, directement apparenté à la famille de plaine, ou selon d’autres (Jacqueline Picoche) issu d’une famille représentée en grec par phalagks, le gros morceau de bois rond, le rouleau pour faire avancer de lourds fardeaux, et ayant au niveau lat. subi l’influence de planus, plat. Il s’agit par ex. du mot planche qui peut s’expliquer (Ernout-Meillet) par plancus, synonyme de plautus, qui a les pieds plats, dont planca serait le fém., ou par le lat. phalanga (rouleau de bois pour déplacer de lourds fardeaux, comme les bateaux), emprunté au grec phalagks et croisé avec planus (Jacqueline Picoche). De là (le) plancher, la planchette, le planchéiage, planchéier, le véliplanchiste. De là aussi le palan, assemblage de poulies et de cordes pour déplacer de lourdes charges, qui est proche du sens du grec phalakgs. Le vb planquer est quant à lui une variante de planter. A partir du sens de mettre en terre (un plant), on passe, pour planquer, à celui de cacher, la cache étant alors la planque.

Complément

Viennent du grec des mots comme l’omoplate, l’archipel, pélagien, pélagique, la phalange, le phalanstère.
Viennent du germ. : le flan, flatter, la flatterie, le flatteur, flétrir (premier sens : appliquer à plat le fer rouge), la flétrissure.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque