La Chair des mots

NOMBRE

Poésie

Dans le journal d’hier beaucoup de morts
Et puis partout beaucoup de gens indifférents
Nous sommes peu nombreux à veiller
Nous tenons la lampe allumée

Jacques Bertin, Carnet

Étymologie

Nombre < lat. numerus = le nombre, la quantité, la grande quantité, la partie d’un tout, la partie mesurée d’un tout. Si l’idée première est celle d’un partage, d’une division, on peut (Littré) rapprocher le subst. lat. numerus des termes grecs nemein = partager, nomê = la répartition, le partage, et d’un ensemble de mots traduisant l’idée de paître, de faire paître, c’est-à-dire de partager un territoire. Nomê a aussi le sens d’herbe, de pâture, nomeus désigne celui qui répartit et le pâtre, nomas désigne celui qui fait paître son troupeau, qui change de pâturage. On a là l’origine grecque du mot nomade. Nomos, de l’idée de ce qui est attribué en partage, passe à celle d’usage, de loi, en particulier dans des termes composés. Sur l’idée de loi, nomisma a pris le sens de monnaie ayant cours. Ces termes ont été empruntés au grec par le latin.

Domaines

Les quatre éléments : astronome (< gre.), astronomie (< gre.), astronomique (< gre.), astronomiquement (<gre.)
La faune et la flore : nummulaire, nummulite, nummulitique
Les groupes humains : nomade (< gre.), nomadisme (< gre.)
La communication : énumérable, énumératif, énumération, énumérer
La spiritualité : numérologie (hyb.), numérologue (hyb.)
Le travail intellectuel : antinomie (< gre.), antinomique (< gre.), astronome (< gre.), astronomie (< gre.), astronomique (< gre.), autonome (< gre.), autonomie (< gre.), dénombrable, dénombrement, dénombrer, indénombrable, innombrable, nombrable, nombrer, nombreux, numéral, numérateur, numération, numérique, numériquement, numérisation, numériser, numériseur, numéro (it.), numérotage, numérotation, numéroter, numéroteur, surnombre, surnuméraire
La politique : autonome (< gre.), autonomie (< gre.), autonomiste (< gre.), nomade (< gre.), nomadisme (< gre.)
L’économie : numéraire
La justice : numerus clausus (lat.)
Les loisirs : numismatique (< gre.)

Commentaire

Le nombre sert à définir des quantités absolues ou relatives. Dans la famille, les maths dominent. La finance suit, ou accompagne. En botanique, la nummulite est (Larousse) un "protozoaire fossile du début du tertiaire, dont le test valcaire de forme lenticulaire, pouvant atteindre 8 cm de diamètre, servait probablement de flotteur". Étonnant, non ? De son côté, la nummulaire est aussi nommée lysimaque. C’est bien connu ! Sur le rad. -nome emprunté par le lat. au grec, avec le sens de loi, on relève l’astronomie, l’astronome, astronomique, l’autonomie, autonome, l’autonomiste, l’antinomie, antinomique, la numismatique. Le terme nomade désigne un membre de tribu de pasteurs itinérants. L’idée initiale de pâturage est donc bien présente. De là le nomadisme.

Complément

Viennent directement du grec des termes comme le deutéronome, l’agronome, l’agronomie, le gastronome, la gastronomie, le métronome.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque