La Chair des mots

MODE

Poésie

Nous, on s’en fout, Mathias,
De ton passé
Et tes chagrins, Mathias,
Sont démodés

Gribouille, Mathias

Étymologie

Mode < lat. modus = la mesure, la juste mesure, la limite convenable, la manière, la façon, la sorte < rac. i.-e. *med- qui signifie prendre avec autorité et réflexion des mesures d’ordre, de restauration de la santé (Jacqueline Picoche).
De son côté, moderne < lat. modernus = récent, actuel, moderne < modus = la manière, à l’ablatif modo = pourvu que, tantôt (en corrélation : tantôt… tantôt… ), dans un moment (raisonnable), il y a peu de temps (un temps raisonnable).

Domaines

Le corps : accommodateur, accommodation, alicament
L’habitat : commode, H.L.M., modulor
Le travail manuel : arrache-moyeu, démodulateur, démodulation, démoulage, démouler, démouleur, mégir, mégis, mégisser, mégisserie, mégissier, modelage, modelé, modeler, modeleur, modem (< ang.), modifiable, modificateur, modificatif, modification, modifier, modiste, modulable, modulaire, modulant, modulateur, modulation, module, moduler, moulage, moulant, moule, moulé, mouler, mouleur, moulurage, mouluration, moulure, moulurer, moulurière, moyeu, raccommodable, raccommodage, raccommoder, raccommodeur, remodelage, remodeler, trémie
Les arts : modal, modalité, mode (le), moderato (it.), modern dance (ang.), modern style (ang.), Quasimodo
Les sentiments : accommodable, accommodant, accommodement, accommoder, commode, commodément, commodité, immodéré, immodérément, immodeste, immodestie, incommode, incommoder, incommodité, irrémédiable, irrémédiablement, malcommode, modèle, modélisation, modéliser, modélisme, modéliste, modérateur, modération, modéré, modérément, modérer, modeste, modestement, modestie, modus vivendi (lat.), raccommodement, raccommoder
La communication : combien, comme, comment, modal, mode (le)
La temporalité : démodé, démoder (se), indémodable, moderne, modernisateur, modernisation, moderniser, modernisme, moderniste, modernité, postmodernisme, ultramoderne
La spiritualité : quasimodo
Le travail intellectuel : grosso modo (lat.), méditatif, méditation, méditer, modalité, modicité, modique, modiquement, modulo, modulor, muid, préméditation, préméditer
La politique : modérantisme, modérantiste
La justice : amodiation, amodier
La médecine : alicament, automédication, biomédical, démédicalisation, démédicaliser, médecin, médecine, médical, médicalement, médicalisation, médicaliser, médicament, médicamentaire, médicamenter, médicamenteux, médicastre, médication, médicinal, médico-légal, médico-social, mège, meige, paramédical, remède, remédiable, remédier, sous-médicalisé, surmédicalisation, surmédicaliser
Divers : Modeste

Commentaire

Pourquoi prénommer un enfant Modeste ? Pour qu’il le soit ? Par antinomie, pour qu’il ne le soit pas ? La nuance première de la rac. gravite autour de la notion de remise en ordre avec en toile de fond l’idée d’une structure qui fonctionne bien. Cette nuance est illustrée par des termes comme méditer (d’abord prendre des mesures après avoir mûrement réfléchi), la méditation, préméditer, la préméditation, raccommoder, le raccommodage.
Une nuance directement dérivée de la première est celle d’imitation d’un élément (animé ou inanimé) qui sert de référence. On rencontre alors le modèle, modeler, remodeler, le démodulateur, indémodable, le mode, la mode, la modalité, la modélisation, le modélisme, modéliser, démouler, le moule, le modem, le modulateur, le ou la modiste, le module, le moulage, le moule, le modulor, la moulure, moulurer, modifier, la modification.
Une nuance proche est celle de comparaison, avec la quasimodo (introït de la messe du premier dimanche après Pâques : quasi modo geniti infantes signifiant comme des enfants nouveau-nés), comme, etc. L’idée de remise en ordre s’est très tôt spécialisée dans le domaine médical, la santé, avec des termes comme l’automédication, le médecin, la médecine, le médicament, la médication, le médicastre (le charlatan), le remède, remédier, la surmédicalisation. Le vieux vb mégir, ou mégisser, signifie tanner une peau à l’alun, en fait la soigner (mégier en anc. fr.). De là le mégis (bain de cendre et d’alun), le mégissier et la mégisserie.
La notion d’ordre qui résulte de celle de remise en ordre s’associe à l’idée de mesure, de limite convenable. Les termes qui illustrent cette nuance sont nombreux. On peut relever le H.L.M. (habitation à loyer modéré), (la) commode, la commodité, grosso modo, l’immodestie, immodéré, l’incommodité, incommoder, moderato, la modestie, la modicité, modique, le modérantisme, modérer, la modération, accommoder, l’accommodation, comment, combien (com- pour comment, et bien), l’amodiation (exploitation d’une terre ou d’une mine moyennant une redevance).
Le moyeu, quant à lui, est étymologiquement un petit vase, c’est la pièce centrale sur laquelle sont assemblées les pièces qui doivent tourner autour d’un axe, et dans le cas d’une roue, c’est la pièce centrale qui est traversée par l’essieu. Le muid aussi est étymologiquement un vase, plus précisément une mesure de capacité servant surtout pour du blé autrefois à Rome, et pour du vin en France. Sa capacité variait beaucoup (de 270 litres en basse Bourgogne, précise Littré, à 730 litres à Montpellier). La trémie est un vase aussi, contenant trois muids. L’idée de mesure, de limite convenable peut s’appliquer dans le temps, par rapport à la référence qu’est le présent, et on voit alors se développer la sous-fam. de moderne, avec le modernisme, la modernité, la modernisation
Requiem pour un métier d’autrefois : le mège (ou meige) était un guérisseur.

Complément

Viennent du grec : méduser, la méduse.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque