La Chair des mots

LAVER

Poésie

Ton ventre n’est qu’un champ de lavande à midi

Léo Ferré, Les Amants tristes

Étymologie

Laver < lat. lavare = se laver U lavere = laver, baigner U luere = laver, baigner U grec louein = laver < rac. i.-e. *lew- qui signifie laver.
De son côté, lustral < lat. lustralis = qui sert à purifier, relatif à une période de 5 ans < lustrum = le sacrifice expiatoire, fait par les censeurs tous les 5 ans à la clôture du sens, pour purifier le peuple romain, le fait de passer en revue, de parcourir des yeux < luere = baigner, laver (qui n’est pas le verbe luere = délier).
Par ailleurs, polluer < lat. polluere = salir en mouillant, profaner, souiller < por- (alternative à "pro-" = en avant, avec un sens souvent intensif et pas géographique) + luere.

Domaines

Les quatre éléments : alluvial, alluvion, alluvionnaire, alluvionnement, alluvionner, colluvion, diluvial, diluvien, diluvium (lat.)
La faune et la flore : lavande (< it.), lavandière, lavandin (< it.), lavasse, lisier
Le corps : lavette
L’habitat : latrines, lavabo (lat.), lavatory (ang.), lavoir
Le travail manuel : ablution, antipollution, délavage, délavé, délaver, dépolluant, dépolluer, dépollution, lavable, lavage, lave-glace, lave-linge, lave-mains, lave-pont, laverie, laveur, lave-vaisselle, lavure, lotion, lotionner, pédiluve, polluant, polluer, pollueur, pollution, prélavage, prélaver, relaver
Les arts : lavis
Les sentiments : lavette
La temporalité : antédiluvien, déluge, diluvien, lustral, lustre
La spiritualité : ablution, lustral, lustration, lustre
La physique : diluant, diluer, dilution
La médecine : collutoire, lavement

Commentaire

Laver quelqu’un ou quelque chose, se laver, baigner, purifier ? Dans tous les cas, c’est une histoire d’eau. Elle peut servir à purifier (l’ablution, lustral, le lustre), à soigner (le lavement, le collutoire, la lotion), à dater (le déluge, antédiluvien, diluvien, le diluvium qui désigne un terrain fluviatile du quaternaire, diluvial), à favoriser l’hygiène (les latrines, le lavage, la lavandière, la lavure, le lavatory, la laverie, la lavette, le lavoir, le pédiluve).
Le mot lavabo a sémantiquement parlant une longue histoire : il a appartenu longtemps au vocabulaire religieux en désignant d’abord une prière commençant par "lavabo inter innocentes manus meas" (Je laverai mes mains parmi des innocents), puis l’acte correspondant, puis le linge et le vase utilisés pour ces ablutions, puis le meuble où étaient rangés ce linge et ce vase, puis, au XIXe siècle, dans un emploi profane, la cuvette et le meuble de toilette.
Ajouter de l’eau, c’est diluer, ajouter trop d’eau, c’est délaver. L’alluvion, c’est la terre apportée par l’eau d’un fleuve lors d’une crue. Les colluvions, ce sont de minces dépôts de sédiments sur un versant, résultant de l’action de pluies sur ce versant. La lavande a servi à laver le linge, comme la saponaire. Le lavis est quant à lui un procédé pictural recourant à l’encre de Chine et à l’eau. Le lisier, enfin, est un mélange liquide des urines et excréments des animaux d’élevage.

Complément

Quand le mot lustre renvoie à la lumière, il appartient à la famille de lumière.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque