La Chair des mots

GRAMMAIRE

Poésie

Louise Michel d’un autre printemps
De cerises noires rue des Insoumis
Femme de révolte et de graffitis
Gravés sur des murs

Francesca Solleville, Comme une blessure

Étymologie

Grammaire < lat. grammatica < grec grammatikê = la science ou l’art de la lecture et de l’écriture << grec graphein = graver, inciser, avec gramma = le caractère d’écriture, la lettre.
De son côté, géographie < lat. geographia < grec geôgraphia = la géographie (geo- = la terre + -graphia = l’écriture, la description < graphein) < rac. i.-e. *geH1- (gê-) qui désigne la terre, pour le premier élément.

Domaines

La faune et la flore : greffe (< gre.), greffé (< gre.), greffer (< gre.), greffeur (< gre.), greffoir (< gre.), greffon (< gre.), porte-greffe
Le travail manuel : aérogramme (hyb.), ordinogramme (hyb.), oscillogramme (hyb.), programmable (< gre.), programmateur (< gre.), programmation (< gre.), programmatique (< gre.), programme (< gre.), programmé (< gre.), programmer (< gre.), programmeur (< gre.), reprogrammer (< gre.)
La communication : graffiteur (< it.), graffiti (it.), grammairien (< gre.), grammaticalement (< gre.), grammaticalisation (< gre.), grammaticaliser (< gre.), grammaticalité (< gre.), grimoire (< gre.), parafe (< gre.), paragraphe (< gre.), paraphe (< gre.), parapher (< gre.), pictogramme (hyb.)
La spatialité : géographe (< gre.), géographie (< gre.), géographique (< gre.)
Le travail intellectuel : centigramme (hyb.), décigramme (hyb.), milligramme (hyb.), vidéogramme (hyb.)
La justice : greffe (< gre.), greffier (< gre.)
La médecine : audiogramme (hyb.)

Commentaire

Première remarque : la famille tout entière est d’origine grecque, mais certains mots nous sont parvenus par le lat. Le graffiti est plus proche du sens premier de la famille que la grammaire ! La greffe (sur végétaux) véhicule encore bien ce sens d’incision. Le greffe, quant à lui, est le secrétariat d’une juridiction judiciaire. L’essentiel de ses fonctions est un travail de secrétariat. On a glissé vers la notion d’écriture, sauf lorsque le mot greffier désigne en arg. un chat. C’est alors l’empreinte de ses griffes sur des supports divers qui lui vaut ce qualificatif. Une autre explication passe par le terme d’arg. greffir qui signifie dérober discrètement (cf. le site très plaisant http://laperodumois.blogspot.fr/2013/09/ pourquoi-le-terme-chat-designe-en-argot.html). Ce serait alors cette faculté qui aurait valu au chat d’être appelé griffard, puis greffier. Le grimoire, quant à lui, est un écrit illisible ou incompréhensible pour les non-initiés.
L’histoire du mot paragraphe est intéressante : le mot grec paragraphos (mot à mot : écrit à côté), était un adj. qui, au fém., était accolé au subst. grammê (le trait) pour annoncer la fin d’un développement, le début d’une réplique dans un dialogue de théâtre. C’est encore ainsi que l’on publie souvent des pièces de théâtre. Le mot paragraphe a ensuite désigné le texte séparé par deux traits (dans la marge) : c’est le sens moderne. Du sens de trait, considéré comme unité de base, grammê est passé au sens de tracé d’une lettre, d’où le sens de lettre, et, dans un autre domaine, à l’unité de base du poids, soit le gramme. De là le décigramme, le centigramme, le milligramme.
Pour en finir avec le mot paragraphe, son abréviation paraphe (ou parafe) renoue avec le sens étymologique d’un signe (ici une signature) écrit dans une marge. De son côté, le mot programme a commencé par désigner une affiche, un ordre du jour. En informatique, programmer, c’est écrire préalablement à l'exécution (pro-) des instructions dans un certain ordre.

Complément

Viennent directement du grec des mots comme l’orthographe, la graphie, le graphe, la graphie, graphique, le gramme, et des composés se terminant par -gramme, comme le diagramme, le cryptogramme, l’électrocardiogramme, le télégramme, l’idéogramme, le kilogramme, l’hologramme, l’hémogramme, le monogramme, le lipogramme, le calligramme, l’organigramme, l’antibiogramme, le spectrogramme, le chromatogramme.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque