La Chair des mots

FORÊT

Poésie

Si je vous dis que le soleil dans la forêt
Est un ventre qui se donne dans un lit
Vous me croyez vous approuvez tous mes désirs

Paul Éluard, Deux poètes d’aujourd’hui, La poésie doit avoir pour but la vérité pratique

Étymologie

Forêt < bas lat. foresta < lat. forestis (adj. substantivé) = la forêt seigneuriale < (silva) forestis < foris = situé en dehors de l’enclos, ou < forum = l’enclos qui entoure la maison, qui se trouve devant une tombe, la partie du pressoir où l’on dépose les grappes de raisin ou les olives à écraser, la place ouverte du marché, l’espace public < rac. i.-e. *dw-or-. En bas lat., forestare signifie (Littré) mettre dehors, bannir. Foresta désigne d’abord un ban, une proscription, d’où le terrain sur lequel on a prononcé cette proscription (de culture, d’habitation). Foresta a fini par signifier la forêt parce que la terre non cultivée retournait rapidement à la forêt.

Domaines

La faune et la flore : forêt vierge
Le corps : faufil, faufiler, faufilure, hors-d’œuvre
Le travail manuel : déforestation, forestage, foresterie, forestier, hors-bord, reforestation
Les sentiments : effarouchement, effaroucher, farouche, farouchement, for, forban, forfaire, forfait, forfanterie (< it.), formariage, forum (lat.), fourbu, fourvoiement, fourvoyé, fourvoyer, horsain, horsin
La spatialité : dehors, faubourg, fourvoiement, fourvoyé, fourvoyer, hors
La temporalité : fur
Le travail intellectuel : faux-fuyant, hormis
L’économie : forfaitaire
La justice : forban, forclore, forclos, forclusion, forfaire, forfait, forfaiture, hors-la-loi
La médecine : forcené, forclusion
Les loisirs : forain, forlancer, hors-jeu, hors-piste

Commentaire

C’est l’une des fam. les plus riches en évolution sémantique. La notion d’extérieur est encore bien présente, de dehors à faubourg, de fourvoyer à forlancer (à la chasse), du faux-fuyant (sentier par où le gibier s’échappe) à horsain (ou horsin), adj. qui désigne un individu qui n’est pas né dans le village. Le forcené, étymologiquement, a vu sa raison s’échapper. C’est cette même notion d’extérieur qu’on trouve dans tous les mots composés commençant par hors-. Le forum, quant à lui, par opposition à la maison, est la place publique, le lieu, entre autres, du marché. C’est ce sens de marché qu’on retrouve dans fur, dans l’expression au fur et à mesure, où fur signifie le prix, la valeur, le taux. Le sens premier de l’expression était donc "en fonction du prix et de la quantité". Le mot for, dans l’expression for intérieur, est le forum, mais ici comme espace où ont lieu les débats politiques, les controverses, les discussions. Le cheval fourbu a, étymologiquement, bu de l’eau hors de raison. Le forban était un pirate qui se livrait sur mer à des expéditions armées pour son propre compte. Aujourd’hui, c’est un individu malhonnête et sans scrupule. Forclore quelqu’un, c’est le mettre en dehors d’un droit, le priver du bénéfice de ce droit, en particulier en cas de dépassement de délai légal pour intenter une action en justice. Le forain, quant à lui, est un étranger, pire qu’un horsain, un vrai barbare qui vient voler et violer nos poules et nos compagnes ! Le reste de la famille, quant à lui, illustre directement ou indirectement le sens de forêt, lieu couvert d’arbres. Celui qui vit dans la forêt est farouche.
Pour finir, arrêtons-nous un instant sur le mot forfait. Le forfait, c’est une vilaine action réalisée en dehors du devoir, du droit, de la morale, et le préfixe for- y a le sens de "en dehors". A cette signification de forfait se rattachent forfaire et la forfaiture, ainsi sans doute que la forfanterie. A côté de ce sens de mauvaise action, le mot forfait a aussi le sens d’entente, de contrat, de marché conclu, de prix convenu invariable dans un contrat. Dans ce cas, où forfait est employé pour *furfait, for- est le même élément que fur (le marché) de l’expression au fur et à mesure. Forfait, enfin, dans l’expression déclarer forfait, vient de l’anglais forfeit (emprunté lui-même au fr. forfait). Le forfait est alors une somme fixée à l’avance et qui sanctionne la non-exécution d’un engagement ou d’une obligation dans une épreuve sportive. C’est une évolution et une spécialisation du deuxième sens.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque