La Chair des mots

FLEUR

Poésie

Ne sommes-nous point pareils aux palmes du palmier
qui grandissent accolées fleurissent et fructifient

Louis Aragon, Persécuté persécuteur, Lycanthropie contemporaine

Étymologie

Fleur < lat. flos = la fleur

Domaines

Les quatre éléments : affleurement
La faune et la flore : chou-fleur, défleurir, défloraison, effloraison, fleurdelisé, fleurdeliser, fleurette, fleuri, fleurir, fleuriste, fleuron, fleuronné, floraison, floral, floralies, flore, floricole, floriculture, florifère, floristique, inflorescence, multiflore, passiflore, pique-fleurs, refleurir, soliflore, tubuliflore, uniflore
Le corps : défloration, déflorer, fioriture (< it.), fleurette, saint-florentin
Le travail manuel : floriculteur, millefiori (it.)
Les arts : fioriture (< it.), fleurdelisé, fleurdeliser, florilège, mille-fleurs
Les sentiments : faire florès (hyb.), fleureter, florissant, mirliflor, mirliflore
La spatialité : affleurage, affleurement, affleurer, à fleur de, effleurer, florentin
La temporalité : floréal
La physique : efflorescence, efflorescent
La politique : florentin
L’économie : florin
La médecine : effleurage, effleurement, effleurer
Les loisirs : fleuret (< it.), fleurettiste
Divers : Fleur, Fleurette, Fleuriane, Flora, Floraline, Florane, Flore, Florence, Florent, Florian, Florient, Florine

Commentaire

Les prénoms sont nombreux à rendre hommage à la fleur. La fleur renvoie à la flore, avec la défloraison, le ou la fleuriste, la passiflore, les floralies, le soliflore, etc. Effleurer, c’est d’abord enlever les fleurs, or les fleurs sont souvent au sommet de la tige ou à l’extrémité des branches, d’où l’expression "à fleur de", d’où l’idée de toucher à peine, presque de survoler, qu’on trouve dans le sens actuel du vb effleurer. Affleurer évoque aussi cette notion de partie supérieure, d’un sol ou d’une roche. Cette partie supérieure de la roche se désagrège, et on passe à l’efflorescence, sorte de poudre, de poussière. Le mot fleur est aussi employé très souvent au sens figuré. La fleur est le summum, ce qui se fait de mieux, dans faire florès, le fleuron, le florilège… La fleur est une métaphore de l’hymen dans la défloration. Les fleurs blanches, où fleurs a remplacé flueurs, désignent les règles (cf. l’entrée "fleuve"). La fleur apparaît aussi comme motif de décoration, dans des termes comme fleurdeliser, le millefiori, la fioriture (en musique surtout), le fleuron. Le mirliflore (ou mirliflor) s’aspergeait du parfum appelé mille-fleurs. La fleur peut sentir le fromage dans le cas du saint-florentin, mais elle n’a pas d’odeur quand il s’agit du florin. Le fleuret, quant à lui, est ainsi nommé car sa lame se termine par une sorte de bouton comparé à celui d’une rose.

Complément

Le mot fleurs, dans l’expression les «fleurs blanches», renvoie à la famille de fleuve.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque