La Chair des mots

ENTRE

Poésie

Je rêve de vers doux et d’intimes ramages,
De vers à frôler l’âme ainsi que des plumages

Albert Samain, Au jardin de l’infante, Je rêve de vers doux…

Étymologie

Entre < lat. inter = entre, à l’intérieur de deux, dans l’entre-deux, avec in = dans, en, et ter qui sert à établir une relation, un positionnement. Voir aussi "extérieur"

Domaines

Le corps : entr’apercevoir, entrailles, entrapercevoir, entrecôte, entrecuisse, entrejambe, entrelarder, entremets, entrevoir, intercostal, intestin, intestinal, intramusculaire, intra-utérin
L’habitat : entrée, entresol, intérieur
Le travail manuel : entrebâillement, entrebâiller, entrebâilleur, entrecoupé, entrecoupement, entrecouper, entrefaites, entrelacement, entrelacer, entrelacs, entremêler, entrepont, entreposage, entreposer, entreposeur, entrepositaire, entrepôt, entreprenant, entreprendre, entrepreneur, entrepreneurial, entreprise, entretenir, entretenu, entretien, entretoise, entretoisement, entretoiser, entrevoie, entrouvert, entrouverture, entrouvrir, interactif, interaction, interactionnel, interactivité, interagir, intercalaire, intercalation, intercaler, intercepter, intercepteur, interception, interchangeabilité, interchangeable, interconnectable, interconnecter, interconnexion, interface, interfolier, intérim (lat.), intérimaire, internat, interne, internet (< ang.), interposer, interposition, interprofession, interprofessionnel, interrompre, interrupteur, interruption, intervenir, intervention, interversion, intervertir
Les arts : entrechat, interlude, intermède, intermezzo (it.), intimisme, intimiste
Les sentiments : désintéressé, désintéressement, désintéresser, désintérêt, entr’égorger (s’), entraider (s’), entredéchirer (s’), entre-dévorer (s’), entregent, entremetteur, entremetteuse, entremettre, entremise, entreprenant, entreprendre, entreteneur, entretenu, entre-tuer (s’), entretuer (s’), intercéder, intercesseur, intercession, interdépendance, interdépendant, intéressement, intéresser, intérêt, intérieur, intérieurement, intériorisation, intérioriser, intériorité, intermédiaire, intermédiation, internaute, interpellation, interpeller, intersubjectif, intersubjectivité, intimation, intime, intimement, intimer, intimité, intrinsèque, intrinsèquement, introspectif, introspection, introversion, introverti
La communication : entrefilet, entrevue, interjectif, interjection, interlignage, interligne, interligner, interlocuteur, interlocution, interlocutoire, interloqué, interloquer, interpellateur, interpolateur, interpolation, interpoler, interprétable, interprétariat, interprétatif, interprétation, interprète, interpréter, interpréteur, interrogateur, interrogatif, interrogation, interrogative, interrogativement, interroger, intertextualité, intertextuel, intertitre, interview (ang.), interviewé (< ang.), interviewer (< ang.), intervocalique, introducteur, introductif, introduction, introduire
La spatialité : entrant, entrecroisement, entrecroiser, entre-deux, entrée, entrer, intersection, intersidéral, interstellaire, interstice, interstitiel, interurbain, intervalle, intra-muros (lat.), rentrage, rentrée, rentrer
La temporalité : céans, entre-deux, entre-deux-guerres, entre-temps, intérim (lat.), intérimaire, intermittence, intermittent, intersaison, prérentrée, rentrée
La spiritualité : introït
Le travail intellectuel : entr’apercevoir, entrapercevoir, entrevoir, interdisciplinaire, interdisciplinarité, interpolation, interpoler, rentrant
La physique : interférence, interférent, interférentiel, interférer, interféron, intrant
La politique : entrant, entrisme, entriste, intercommunal, intercommunautaire, interministériel, internalisation, international, internationale, internationalisation, internationaliser, internationalisme, internationaliste, internationalité, interpellation, interpeller, interrègne, intersession, interventionnisme, interventionniste, non-intervention, non-interventionniste
L’économie : intéresser, intérêt
La justice : interdiction, interdit, interjeter, intermission, interné, internement, interner, interrogatoire, interroger, intimation, intimé, intimer
La médecine : internat, interne, interné, internement, interner, intraveineux
L’armée : intercepteur, interception

Commentaire

La famille est conséquente, mais de très nombreux termes sont explicites, ou ne présentent un intérêt étymologique que par rapport au radical réel, "entre-", "inter-", "intra-" ou "intro-" ne servant que de préfixes. Quelques termes, où le radical n’est pas utilisé comme préfixe, méritent qu’on s’arrête un peu sur leur formation et leur sens littéral. C’est d’abord le cas de céans, littéralement "ici à l’intérieur". Le terme intestin (adj. ou subst.) renvoie à ce qui est à l’intérieur d’un corps. Les entrailles aussi. L’intérieur est littéralement "plus en dedans", ce qui est "(le) plus en dedans" par opposition à l’extérieur. De là des termes comme l’intériorité, intérioriser. L’intime est quant à lui tout à fait à l’intérieur. Intimer consiste à faire entrer quelque chose, un ordre en général, au plus profond de l’esprit de quelqu’un. Ce qui est interne est bien sûr situé à l’intérieur, avec parfois impossibilité de communiquer avec l’extérieur, comme c’est le cas dans l’internement, et, selon certains élèves, dans l’internat. Étymologiquement, l’intérimaire est chargé de remplir une fonction provisoire entre deux périodes d’activité d’un titulaire. Étymologiquement toujours, l’intérêt, c’est ce qui est entre, ce qui est parmi, ce qui est donc présent. Le subst. fr. est en fait une forme verbale latine, interest, dont l’infinitif signifie "être entre", être dans l’intervalle, d’où être séparé par un intervalle, être distant, différer, mais aussi être parmi, être présent, assister, participer, et la troisième pers., interest, signifie "il est de l’intérêt de", "il importe".
De l’idée de distance, d’absence, on passe à celle de manque, de dommage, de préjudice, puis de dédommagement pour la résiliation d’un contrat, par ex., puis de dédommagement dû pour une somme qui a été prêtée. De là naît le sens financier du mot intérêt. Restent entrer et rentrer. Entrer, c’est passer de l’extérieur à l’intérieur. Un entrant est une personne qui entre, en politique, en sport, alors qu’un intrant est un élément qui entre dans la production d’un bien, et notamment une substance chimique utilisée dans l’agriculture conventionnelle. Pour rentrer dans un lieu, il faut déjà y être entré au moins une fois. La rentrée scolaire ne peut donc pas, étymologiquement parlant, concerner les "petits" de la maternelle !

Complément

Viennent du grec : la dysenterie et des mots commençant par entéro-, comme l’entérobactérie, l’entérocolite, l’entérovirus.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque