La Chair des mots

DOMAINE

Poésie

Ceci est votre domaine de joie
Ceci est votre domaine chante l’oiseau

Jacques Bertin, Domaine de joie

Étymologie

Domaine < lat. dominium = la propriété, le pouvoir, l’autorité, le droit de propriété < dominus = le maître de la maison, le seigneur < domus = la maison < rac. i.-e. *dom- qui désigne la maison

Domaines

La faune et la flore : belladone (< it.), belle-dame, dame-d’onze-heures, domesticable, domestication, domestique, domestiquer, sceau de Notre-Dame
Les groupes humains : dame, damoiseau, demoiselle, domesticité, domestique, donzelle (< prov.), madame, mademoiselle, mam’zelle, mesdames, mesdemoiselles
Le corps : endimancher
L’habitat : dôme (< it.), domicile, donjon
Le travail manuel : dame-jeanne, dominotier, domotique, majordome
Les arts : dominante, prima donna (it.)
Les sentiments : danger, dangereusement, dangereux, dangerosité, dominance, dominant, dominante, dominateur, domination, dominer, duègne (< esp.), prédominance, prédominant, prédominer
La temporalité : dimanche, dominical
La spiritualité : dom (esp.), dominicain, dominical, madone (< it.), Notre-Dame, vidame, vidamé, vidamie
La politique : condominium (< ang.), dom (esp.), dominion (ang.), don (esp.), missi dominici
L’économie : domiciliataire, domiciliation
La justice : domanial, domanialité, domiciliaire, domicilier, pro domo (lat.)
Les loisirs : dame, damer, damier, domino (lat.), trou-madame
Divers : Dominique, Dona, Donna (it.), Madonna (it.)

Commentaire

D’abord, il y a la maison, avec des termes comme le domicile, la domiciliation, le dôme, d’abord maison, puis toit galbé de forme hémisphérique, le donjon, initialement la résidence du seigneur. Ensuite, il y a ce qui concerne la maison, avec la domotique, l’expression pro domo, c’est-à-dire en faveur de sa propre maison, d’où de ses propres intérêts, le domaine (au sens des propriétés foncières attachées à une maison).
Ensuite, il y a ceux qui habitent dans la maison et qui en sont les maîtres, avec le titre religieux puis nobiliaire don ou dom, la demoiselle (fille noble ou femme mariée de la petite noblesse ou même de la bourgeoisie), la dame, madame, mademoiselle, mam’zelle, la donzelle, qui a tendance à sortir de la maison, mesdames, le damoiseau. Il y a ceux qui travaillent dans la maison : le majordome, les domestiques, la duègne (femme âgée servant de gouvernante à une jeune fille).
Associé à la notion de maison, il y a le pouvoir du maître de maison, qui apparaît dans le domaine, le danger (étymologiquement le pouvoir), dominer, prédominer. D’autres termes illustrent cette idée de pouvoir, sans être directement associés à la notion de maison. C’est le cas des missi dominici, agents nommés par Charlemagne, qui allaient deux par deux, un clerc et un laïc, pour assurer le contrôle et la surveillance des autorités locales. Une forêt domaniale appartient à un domaine, et le plus souvent au domaine de l’État. Un dominion est un État indépendant et souverain, membre du Commonwealth. Un condominium est un droit de souveraineté exercé en commun par plusieurs puissances sur un pays, un territoire. La prima donna est la première chanteuse dans un opéra. Le vidame, au Moyen Âge, était un représentant d’une abbaye ou d’un évêché, chargé de l’administration des affaires temporelles de cette abbaye ou de cet évêché. Domestiquer un animal, c’est, sinon le faire entrer dans la maison, du moins l’apprivoiser, lui faire accepter de vivre avec et au service des hommes. Damer un pion, au jeu d’échecs, c’est le transformer en dame en l’amenant dans l’une des cases de la dernière rangée de l’échiquier. "Il a alors (Littré) la même valeur et les mêmes propriétés que la reine ou dame ; et, pour marquer que c’est une nouvelle dame, on lui adjoint un autre pion qu’on met avec lui sur la même case, c’est là proprement damer un pion. [] Au jeu de dames, damer un pion, et moins exactement damer une dame, c’est mener aussi un de ses pions sur la rangée qui est la plus près de l’adversaire ; alors au lieu de faire un seul pas à chaque coup, il peut, comme la dame des échecs, parcourir la ligne entière et prendre à distance les pions qui sont en prise. Pour faire reconnaître le pion ainsi augmenté, on met une seconde dame sur la première, et l’on dit qu’on a damé cette dame." C’est de là que vient le sens d’écraser, de tasser qu’a le vb damer.
Dans le voc. religieux, Notre Dame désigne la Vierge Marie, le dimanche est le jour du Maître, du Seigneur, d’où le vb endimancher. Les dominicains et les dominicaines sont des religieux et religieuses de l’ordre fondé par saint Dominique pour lutter contre l’hérésie cathare. Le terme dominicain renvoie aussi à la république Dominicaine. La Madone est la Vierge Marie, et une madone est une image, une représentation de la Madone. Le terme domino a d’abord désigné une pèlerine noire à capuchon portée en hiver par les prêtres, puis un costume de bal masqué comportant un capuchon noir, puis les plaquettes de bois à fond noir et piquées de points blancs dans le jeu qui lui-même porte ce nom de jeu de dominos.
La dame-jeanne est une grosse bouteille de grès ou de verre, contenant de vingt à cinquante litres, et souvent clissée. Une belle légende attribue l’origine du mot à la reine Jeanne qui avait été chassée de son royaume de Naples au XIVe siècle, et qui se serait réfugiée, un soir d’orage, en Provence, dans la demeure d’un gentilhomme verrier où le maître des lieux, le lendemain matin, aurait soufflé une énorme bouteille et l’aurait appelée dame-jeanne en l’honneur de la reine. Il est possible aussi, mais moins romanesque, de rapprocher le terme dame-jeanne d’un terme provençal, darmajano, signifiant une demi-bouteille, terme qui aurait servi par plaisanterie à désigner ce flacon correspondant à la ration quotidienne d’un équipage de marins…
La rac. apparaît enfin dans des termes de botanique comme la belladone qui doit son nom - la belle dame - à ce qu’elle a la propriété de dilater la pupille. La belle-dame, elle, n’est pas un autre nom de la belladone, mais de l’arroche, cousine exotique de l’épinard. Reste la dame-d’onze-heures, une liliacée du genre ornithogale, dont les fleurs s’ouvrent vers onze heures.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque