La Chair des mots

CONTRE

Poésie

Je mballadais sulles boulevards
Lorsque jrencontre lami Bidard

Raymond Queneau, L’Instant fatal, La Pendule

Étymologie

Contre < lat. contra = contre (proximité), en face de, s’opposant à, au contraire

Domaines

Les quatre éléments : contrefort, contre-jour, contrepente
La faune et la flore : contre-allée
Le corps : contrefait, contre-filet
L’habitat : contrefort, contremarche, contre-mur, contre-murer, contrevent
Le travail manuel : contrebraquer (hyb.), contrecoup, contre-écrou, contrefaçon, contrefacteur, contrefaire, contrefait, contremaître, contreplaqué, contrepoids, contre-prestation, contre-productif, contre-projet, contrescarpe, contre-voie
Les arts : contralto, contrebasse, contrebassiste, contrebasson, contre-chant, contre-courant, contre-culture, contredanse (< ang.), contre-emploi, contrepet, contrepèterie, contre-plongée, contrepoint, contrepointiste, contretemps, haute-contre
Les sentiments : à contrecœur, contrariant, contrarié, contrarier, contrariété, contrecœur, contreficher (se), contrefoutre (se)
La communication : contravis, contrecarrer, contre-pied, contre-propagande, contre-proposition, contre-publicité, contrer, controversable, controverse, controverser, controversiste, encontre, malencontreusement, malencontreux, rencontre, rencontrer, sans contredit
La spatialité : contre-allée, contrée, en contrebas
La temporalité : contretemps
La spiritualité : Contre-Réforme
Le travail intellectuel : a contrario (lat.), contradicteur, contradiction, contradictoire, contradictoirement, contraire, contrairement, contrebalancer, contredire, contre-enquête, contre-épreuve, contre-essai, contre-exemple, contre-expertise, contrepartie, contresens, contrevérité
La politique : contre-manifestant, contre-manifestation, contre-manifester, contre-mesure, contre-pouvoir, contrepouvoir, contre-révolution, contre-révolutionnaire, contre-terrorisme, contre-terroriste
L’économie : contremarque (hyb.), contre-valeur
La justice : contravention, contrebande (< it.), contrebandier (< it.), contredanse (< ang.), contre-espionnage, contrefacteur, contrefaire, contrefait, contreseing, contresigner, contrevenant, contrevenir
La médecine : contre-indication, contre-indiqué, contre-indiquer, contrepoison, contre-visite
L’armée : contre-attaque, contre-attaquer, contre-feu, contre-offensive, contre-torpilleur, contrevallation
Les loisirs : contre-la-montre, contre-performance

Commentaire

L’idée première est celle de la proximité (à côté de, en face de) et on la retrouve dans des termes comme le contre-filet, terme de boucherie, le contre-écrou, la contrescarpe, c’est-à-dire le talus qui est en face l’ouvrage à défendre, de l’autre côté du fossé. On peut ajouter le contreseing, le contreplaqué, le contrepoids, la contrevallation, le contre-chant, le contrepoint, qui superpose plusieurs lignes mélodiques, en contrebas, la contrée, qui correspond à l’étendue de terrain qui se trouve devant nous et autour de nous, le plus souvent à la campagne. La contredanse, d’ailleurs, est étymologiquement une danse (dance) de la campagne (contry) en anglais, avant de devenir une contravention, le plus souvent en ville… La contremarche est la face verticale d’une marche d’escalier : elle est installée en face de la marche, ou plutôt à côté, entre deux marches, mais sa verticalité s’oppose à l’horizontalité de la marche. En musique, le terme contre s’emploie le plus souvent pour exprimer ce qui est poussé à un degré extrême, d’où le contralto, la haute-contre, la contrebasse, le contrebasson
Une contrepèterie est une figure de style où des sons sont intervertis dans un groupe de mots, c’est donc l’art de décaler les sons. Le terme est construit à partir du verbe contrepéter, en anc. fr., qui signifiait péter à contretemps. La rencontre, c’est le fait d’aller au-devant de quelqu’un qui vient à nous, puis simplement le résultat de ce mouvement. Le vb, dans des contextes sportifs ou militaires, peut aussi illustrer l’autre nuance de contre, qui découle de la première, à savoir la notion d’opposition. L’expression à l’encontre de et l’adj. malencontreux n’illustrent que cette seconde nuance qui en dit peut-être long sur l’idée que l’homme se fait de la rencontre avec autrui… Contrer un projet, c’est s’y opposer. Un contre-feu est allumé en face un feu principal, pour lutter contre ce feu. Ainsi donc, l’immense majorité des mots de la famille illustre-t-elle cette notion d’adversité, sans qu’il soit utile de les lister ici.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque