La Chair des mots

CHAMP

Poésie

Je vis aux champs ; j’aime et je rêve ;
Je suis bucolique et berger.

Victor Hugo, Chansons des rues et des bois, Senior est junior

Étymologie

Champ < lat. campus = le terrain plat, la plaine, la plaine cultivée, le champ

Domaines

La faune et la flore : campagnol, campanulacée, campanule, campus (ang.), champart, champêtre, champignon, champignonnière, champignonniste
Les groupes humains : champi, champis
Le corps : champagne, fine champagne
L’habitat : campane, campaniforme, campanile (it.), campé
Le travail manuel : campane, campanier, champagnisation, champagniser, champenoise, champignonnier, décamper, escampette
Les arts : champlever, échampir, rechampir, réchampir, réchampis, rechampissage, réchampissage
Les sentiments : campos
La spatialité : cambrousard, cambrouse, cambroussard, cambrousse, camp, campagnard, campagne, Campanie, campanien, Champagne, champenois, ville-champignon
Le travail intellectuel : campus (ang.)
L’armée : camp, campement
Les loisirs : campement, camper, campeur, camping (ang.), camping-car (ang.), camping-gaz (hyb.), champion, championnat, championne

Commentaire

Le sens premier de terrain plat, pour la culture ou la bataille, reste très présent, de la cambrousse à la campagne, du champ au camp, du camping au champi (ou champis), de rechampir (ou réchampir) au champart (mélange de blé, d’orge et d’avoine semés ensemble). Le campagnol est l’hôte des champs. Le champignon, même dit « de Paris », pousse, étymologiquement parlant, dans les champs. La Champagne est bien évidemment une région rurale, ce qui n’exclut pas la vigne. Le champion combattait en champ clos pour défendre son honneur ou celui de quelqu’un d’autre. C’est aujourd’hui le vainqueur d’un championnat. Donner campos à quelqu’un, c’est lui donner la permission d’aller aux champs, c’est-à-dire en vacances ! Prendre la poudre d’escampette (on disait autrefois prendre de la poudre d’escampette), c’est gagner les champs, la campagne, s’enfuir à toutes jambes.
Si la Champagne symbolise la campagne en France, il en va de même pour la Campanie en Italie. C’est plus précisément de la ville de Nola que nous vient le mot campane (de « campana » en lat.) qui désigne une sonnaille pour le bétail, c’est-à-dire une cloche. Et sur cette notion de cloche, et plus directement de campagne, on relève le campanile, clocher à jour, petite tour ouverte et légère, souvent isolée, servant de clocher, et la campanule, dont la fleur a la forme d’une clochette.
Par ailleurs, le vb champlever signifie « pratiquer une rainure dans une plaque de métal », « abaisser le champ d’une pièce à la hauteur qu’il doit avoir pour y incruster une autre pièce », ou encore « creuser et découvrir au burin un figure dessinée sur un morceau d’acier ». Le terme est emprunté au voc. de l’héraldique où le mot champ désigne le fond de l’écu, avec « lever » au sens d’« enlever ».
Requiem pour deux métiers d’autrefois : le campanier était un « fabricant de sonnailles, de clochettes à bestiaux ; plus rarement, le fondeur de cloches. Dans le Midi, le campanier était le croque-mort qui ouvrait un cortège funèbre en agitant une clochette ». Le champignonnier, quant à lui, cultivait de façon artisanale les champignons dits « de souche », comme les champignons dits « de Paris ». (Gérard Boutet, La France en héritage, Perrin, 2007)

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque