La Chair des mots

CÉDER

Poésie

Un jour nous cesserons de fuir ô mon enfant
Un jour nous nous retrouverons, je te dirai : tu as vieilli

Jacques Bertin, Trois bouquets

Étymologie

Céder < lat. cedere = aller, s’en aller, céder, reculer

Domaines

Les quatre éléments : antécédence
Les groupes humains : ancestral, ancêtre
Le travail manuel : accéder, accès, accessibilité, accessible, accession, accessoire, accessoirement, accessoiriser, accessoiriste, cessant, cessation, cesse, cesser, excédant, excédent, excédentaire, excéder, inaccessibilité, inaccessible, microprocesseur (hyb.), monoprocesseur (hyb.), nécessaire, nécessairement, nécessitant, nécessité, nécessiter, procédé, procéder, procès, processeur, procession, processionnaire, processus (lat.), récession, succédané, succès
Les sentiments : excès, excessif, excessivement, intercéder, intercesseur, intercession, nécessiteux, processif, récessif, récessivité
La spatialité : antécédent
La temporalité : décéder, décès, incessamment, incessant, précédemment, précédent, précéder, prédécesseur, succéder, successeur, successibilité, successible, successif, succession, successivement
La spiritualité : insuccès, procession, processionnal, processionnel, processionner
Le travail intellectuel : accessit (lat.), concéder, concessif, concession
La physique : précession, récession
La politique : sécession, sécessionniste
L’économie : concession, concessionnaire, recéder, rétrocéder, rétrocession
La justice : cédant, cessibilité, cessible, cession, cessionnaire, concéder, incessibilité, incessible, procédural, procédure, procédurier, procès, processif, procès-verbal, succéder, successibilité, successible, successif, succession, successoral
La médecine : abcès
L’armée : cessez-le-feu

Commentaire

Le sens premier de la rac., celui de se déplacer, de changer de place, est omniprésent, et c’est le préfixe qui définit le sens de la marche, même si la rac., en lat. déjà, s’est spécialisée dans le sens de reculer. L’accès est une marche vers (ad- qui devient ac-) quelque chose, vers un lieu. L’accessit est une position, dans un classement, qui se rapproche des meilleurs. L’antécédent, dans la phrase, est le subst. qui précède, qui marche devant (anté-) le pronom relatif, ou un événement antérieur mis en relation avec un nouvel événement, dans un contexte en général négatif. Dans une famille, un arbre généalogique, l’ancêtre est celui qui a marché, vécu, avant, les suivants étant ses descendants. L’excès est ce qui sort (ex-) des normes. Intercéder, c’est s’avancer, se placer entre (inter-) une personne qui détient un pouvoir et une autre pour laquelle on sollicite une faveur. La procession avance, marche devant (pro-) une croix, une relique portée solennellement. Le terme désignait jadis une escorte, un cortège allant au devant d’un personnage important, ou l’accompagnant. Procéder, c’est étymologiquement s’avancer vers, d’où se mettre à une besogne, d’où travailler, agir.
Le processeur est le "moteur" de l’ordinateur. Précéder, c’est marcher devant (pré-) quelqu’un, ou un événement, le devancer. Recéder consiste à céder à quelqu’un (avec ré- au sens de en retour) ce qu’on a acheté, alors que rétrocéder consiste à restituer (rétro-) quelque chose à quelqu’un à qui on l’avait acheté ou de qui on le détenait, ou, par extension de sens, à vendre à quelqu’un quelque chose que l’on vient d’acheter à quelqu’un d’autre. On retrouve alors le sens de recéder. Un caractère récessif, en biologie, est un caractère héréditaire, ou un gène, qui ne se manifeste qu’en l’absence du gène contraire, dit dominant, et semble donc avoir sauté une génération. En économie, la récession fait retourner à un état de développement antérieur, dans une perspective négative. Succéder à quelqu’un, c’est venir en dessous de lui (sub- devenant suc-) dans une vision verticale du temps qui passe, avec le passé en haut et l’avenir en bas, à partir d’un premier sens de aller sous. L’image est néanmoins plus souvent une image horizontale du temps qui passe, avec le passé à gauche et le futur à droite. Succéder, c’est alors venir après dans l’ordre chronologique.
Le succès est étymologiquement la manière dont un événement se déroule, l’issue, le résultat. Le terme s’est ensuite spécialisé en issue favorable, d’où la création du terme insuccès. Le succédané est un produit de substitution, en général inférieur (sub- devenant suc-), qui peut remplacer le produit de base introuvable ou trop cher. Faire sécession, c’est se séparer d’une entité politique, avec le préfixe se- qui signifie à part. La cession est la transmission à autrui d’un droit, d’une chose dont on est détenteur. A partir du sens de reculer, cesser signifie ne plus avancer, ne plus agir, baisser les bras, être dans l’inaction. A partir du sens de reculer, concéder consiste à reculer en même temps que (cum- qui devient con-) quelqu’un, à se ranger à un argument de l’adversaire. Décéder, c’est s’en aller, s’éloigner de la vie. Ce qui caractérise le mot abcès, c’est l’idée d’éloignement. La zone atteinte s’éloigne (ab-) de son état antérieur de santé, mais surtout, les chairs, dans l’abcès, semblent se désagréger, se dissoudre, disparaître. Reste la sous-fam. de nécessaire qui est sans doute formée à partir de la négation (ne-) et la rac. de céder au sens de reculer. La nécessité est l’état dans lequel on ne peut pas reculer, d’où l’idée d’obligation d’avancer, d’agir. Le nécessiteux est celui qui a absolument besoin de quelque chose pour survivre.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque