La Chair des mots

ATTEINDRE

Poésie

Je tâte de l’espace,
L’ombre désespérée

Jules Supervieille, Poèmes de la France malheureuse, La France au loin

Étymologie

Atteindre < lat. vulg. attangere < lat. adtingere = toucher, atteindre < tangere = toucher, atteindre, toucher en mouillant, éclabousser, barbouiller, colorer, aborder un lieu, émouvoir.
De son côté, tâche < lat. taxare = toucher fortement, blâmer, estimer, évaluer < tangere.
Par ailleurs, tache < lat. vulg. tacca = la tache U tagicare < ou bien germanique, ou bien, avec plus de vraisemblance, lat. tangere. Il existe aussi en anc. fr. une forme teche (pour tache) issue de techier < lat. vulg. tigicare < lat. tingere = teindre, barbouiller, colorer. La confusion entre les deux formes tache et teche a pour origine la proximité sémantique et phonétique. Cf. l’entrée "teindre".

Domaines

La faune et la flore : noli-me-tangere
Le travail manuel : antitache, antitaches, à tâtons, contacteur, détachable, détachage, détachant, détaché, détacher, détacheur, entacher, entame, entamer, entamure, entier, entièrement, entièreté, inentamé, intact, intégral, intégralement, intégralité, intégrateur, intégratif, intégration, intégré, intégrer, multitâche, tache, tâche, tacher, tâcher, tâcheron, tacheter, tacheture, tactile, tangibilité, tangible, tangiblement, taste-vin, tâter, tâteur, tâte-vin, tâtonnant, tâtonnement, tâtonner, taxi (abr.)
Les arts : continuo (lat.), tachisme, tachiste
Les sentiments : atteignable, atteint, atteinte, entacher, intègre, intègrement, intégrité, tache, tact, tatillon
La communication : contact, contacter, syntacticien (< gre.), syntactique (< gre.), syntaxe (< gre.), syntaxique (< gre.)
La spatialité : contigu, contiguïté, continu, continuum (lat.)
La temporalité : continu, continuel, continuellement, continuer, continuité, continûment
La spiritualité : intégrisme, intégriste
Le travail intellectuel : contingence, contingent, contingentement, contingenter, continuateur, continuation, cotangente, intégrable, intégral, intégrale, intégrant, intégration, intégré, intégrer, sous-tangente, tâche, tâcher, tangence, tangent, tangente, tangentiel, tangentiellement
La physique : désintégration, désintégrer
La politique : intégré, intégrer, réintégrable, réintégration, réintégrer
L’économie : détaxation, détaxe, détaxer, surtaxe, surtaxer, taux, taxable, taxateur, taxation, taxe, taxer
La justice : entérinement, entériner, intangibilité, intangible
La médecine : contagieux, contagion, contagiosité, contaminateur, contamination, contaminer, décontamination, décontaminer
L’armée : atteignable, atteint

Commentaire

La famille est riche. Partons du sens de « toucher » ( mais le vb toucher, étymologiquement, n’est pas lié à la famille de atteindre) : on le rencontre dans des termes comme contigu, le contact, le noli-me-tangere (lat.), autre nom de la balsamine, la tangente, tâter, tâtonner, tatillon, tactile, tangible. La syntaxe définit les règles qui permettent aux différents composants de la phrase de se toucher, de se combiner en produisant du sens. Le tact est l’art de toucher autrui sans le blesser, sans heurter sa sensibilité.
Toucher peut aussi signifier atteindre, comme l’aboutissement d’un trajet ou d’un projet, avec par ex. contacter. C’est à cette nuance qu’on peut rattacher tâcher qui signifie « faire des efforts pour venir à bout de quelque chose ». Le subst. tâche ne retient, lui, que l’effort. Sur la même base latine qui a donné tâcher, mais cette fois avec le sens d’ « évaluer », est dérivée la sous-famille de taxer, qui est une autre façon d’atteindre un but. La contingence, quant à elle, est une autre illustration de l’idée d’atteindre : est contingent ce qui atteint par hasard. Est contingent ce qui peut ou non se produire, par opposition à ce qui arrive nécessairement. Le subst. contingent a désigné le lot échu, puis la part reçue, puis la part fournie, puis la part (la classe) d’hommes qui doivent effectuer leur service militaire. Ce qui est atteint peut ou non rester dans son état, comme l’illustrent par ex. intact, c’est-à-dire non touché, entamer, l’intégralité, entier, entièrement, entériner, qui signifie d’abord « accomplir complètement », puis « ratifier juridiquement un acte pour le rendre valable ».
Dès l’époque lat., la rac. présentait aussi le sens de « toucher fortement », « blâmer », « blesser », « rendre malade ». On peut illustrer cette nuance avec l’atteinte, contagieux, contaminer, l’intégrité (le fait de rester probe, incorruptible), l’intangibilité. Toucher avec un liquide, par ailleurs, c’est tacher, tacheter, et si le liquide est colorant, on pense au tachisme en peinture. Une sous-famille illustre la notion de toucher d’un point de vue non plus spatial mais temporel : deux moments qui se suivent, se touchent, forment une continuité. D’où l’adv. continuellement.

Complément

Viennent du grec : le syntagme, la tactique, tacticien, des composés en taxi- comme la taxinomie, la taxidermie, etc.
Quand détacher signifie séparer, le vb a une origine germ.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque