La Chair des mots

AGIR

Poésie

J’écris dans ce décor tragique où les acteurs
Ont perdu leur chemin leur sommeil et leur rang

Louis Aragon, Le Musée Grévin, J’écris dans un pays…

Étymologie

Agir < lat. agere = pousser devant soi (un troupeau), faire avancer, faire, agir < rac. i.-e. *H2eg- (ag-) qui signifie pousser devant soi.
De son côté, objurgation < lat. objurgatio = les reproches, la réprimande, le blâme < objurgare = réprimander, blâmer, gourmander < jurgare = se quereller, se disputer < jus + agere.
Par ailleurs, prodige < lat. prodigium = le signe prophétique, le prodige, la chose merveilleuse, le miracle = pro + agere.
De plus, cacher < coactare = exercer une action, une poussée ensemble, d’où appuyer sur, faire disparaître de la vue, dissimuler (co- < cum + actare < agere).

Domaines

Les quatre éléments : cache, cachette
La faune et la flore : caille-lait, essaim, essaimage, essaimer, gaillet, solidage, solidago (lat.), squat, tussilage
Le corps : agile, agilement, agilité, agité, cache-col, cache-misère, cache-nez, cache-poussière, cache-sexe, caillette, caillot, cancoillotte, décati, examiner
Le travail manuel : actant, acte, acteur, actif, action, actionnement, actionner, actionneur, activation, activement, activer, activité, agence, agent, agissant, agissements, agiter, biréacteur, cache-cache, cache-pot, cache-prise, cacher, cachet, cachetage, cacheter, catir, décachetage, décacheter, décatir, décatissage, désactivation, désactiver, essayage, essayer, essayeur, exacteur, exaction, inactif, inaction, inactivité, non-activité, quadriréacteur, réacteur, réactivation, réactiver, réactivité, réagir, recacheter, suractivé, suractivité, turboréacteur
Les arts : acteur, actrice, entracte
Les sentiments : activisme, activiste, agitation, agité, cacher, cachotterie, cachottier, exigeant, exigence, exiger, exigibilité, exigible, inexigibilité, inexigible, intransigeance, intransigeant, objurgation, outrecuidance, outrecuidant, prodigalité, prodigue, prodiguer
La communication : actant, agenda, ambages, ambigu, ambiguïté, cachotterie, interactif, interaction, interactionnel, interactivité, interagir, transiger
La spatialité : exigu, exiguïté
La temporalité : actualisateur, actualisation, actualiser, actualité, actuel, actuellement, agonie, agonisant, agoniser, décati, inactualité, inactuel, réactualisation, rétroactif, rétroaction, rétroactivement, rétroactivité, rétroagir
La spiritualité : autodafé, prodige, prodigieusement, prodigieux
Le travail intellectuel : acte, acteur, actif, action, activement, activité, actuaire, actuariat, actuariel, agile, agilité, cogitation, cogiter, cogito (lat.), contre-essai, cuider, essai, essayiste, exact, exactement, exactitude, examen, examinateur, examiner, inexact, inexactitude, interactif, interaction, interactionnel, interactivité, interagir, réactivité, réagir, rédacteur, rédaction, rédactionnel, rédiger, réexamen, réexaminer, suractivité
La physique : activateur, activation, activeur, caillage, caillement, cailler, carburéacteur, cati, coagulabilité, coagulable, coagulant, coagulateur, coagulation, coaguler, incoagulable, radioactif, radioactivité, réactif, réaction, réactionnel, tensioactif
La politique : activisme, activiste, agent, agitateur, agitation, agiter, réactionnaire, squat, squatter
L’économie : actionnaire, actionnariat, cachet, transaction, transactionnel
La justice : cachot, coactif, coaction, mitard, mite, rétroactif, rétroaction, rétroactivement, rétroactivité, rétroagir
La médecine : cachet, cuti, cuti-réaction, examen, examiner, inactivation, inactiver
Les loisirs : cachemite (arg.), cache-tampon, cachette

Commentaire

Agir n’implique pas, contrairement à faire, une création. L’idée première de « provoquer un mouvement » (concernant d’abord les autres, puis éventuellement soi-même) se rencontre dans agiter. Le mouvement apparaît aussi dans l’essaim, l’agilité, l’agonie (combat contre la mort). L’expression sans ambages signifie sans faire aller de côté et d’autre, sans faire de détour. Ce qui est ambigu pousse (-igu) à aller de deux côtés (amb-) en même temps. De même, l’idée de mouvement est étymologiquement présente dans exiger qui signifie « pousser », « faire sortir », puis « faire sortir de l’argent », « se faire payer », puis « réclamer » (cf. ci-dessous le mot exact). Le terme examen est étymologiquement proche. Examiner, c’est « pousser dehors (ex-) un troupeau », puis « faire sortir de l’argent », « mener à terme (une transaction) », « achever une pesée ». Le terme examen désignait d’ailleurs en lat. l’aiguille de la balance. Le sens moderne d’examen est donc proche du sens premier, dans le domaine médical comme dans le domaine scolaire.
De son côté, cailler relève aussi de cette idée de pousser ensemble les molécules d’un liquide comme le lait pour qu’elles ne forment plus qu’une masse plus ou moins solide. La caillette est la dernière poche de l’estomac des ruminants, qui sécrète le suc gastrique. Le fromager utilisait autrefois directement ce suc gastrique prélevé dans l’estomac des veaux, la présure, pour faire cailler le lait. Et coaguler, pour le sang, est une réfection tardive de cailler. Le terme cancoillotte, quant à lui, a de bonnes chances d’être une évolution de cailler. En botanique, le caille-lait, appelé aussi gaillet, qu’il soit blanc ou jaune, contient un suc qui est censé pouvoir faire cailler le lait, sauf qu’aucune expérience n’a jamais mis en évidence ce pouvoir… Le terme gaillet est quant à lui ou bien une évolution phonétique directe de caille-lait, ou le résultat d’un croisement entre caille-lait et galium (ou gallium). De son côté, la prodigalité consiste à pousser en avant son argent, à le faire sortir, à le distribuer. L’étymologie de prodige est proche de celle de prodigue. C’est le signe prophétique, la chose mise en avant, que ce soit par les dieux pour frapper l’imagination des hommes, ou par les hommes pour frapper l’imagination des autres hommes.
De l’idée de mouvement, on passe à celle d’activité quelconque, illustrée par des dizaines de termes dans la famille, dans des domaines très divers, et qu’il est inutile de lister ici. Il peut s’agir d’une activité intellectuelle, psychique, avec cogiter, rédiger, l’outrecuidance (où -cuidance est construit sur cuider qui signifiait cogiter), l’intransigeance. L’activité peut entre autres concerner le théâtre, avec l’acteur, l’actrice, l’acte (ensemble de scènes), l’entracte, ou les mathématiques financières, avec l’actuaire (spécialiste de l’application des mathématiques, en particulier les probabilités, aux opérations de finance et d’assurance), actuariel et l’actuariat. Cette activité s’exerce sur le monde réel, ce qui conduit à opposer actuel à virtuel, avec des termes comme actualiser (au sens de rendre effectif), les actualités (événements relatés comme informations). Le réel peut être celui d’une entreprise cotée en bourse, avec des mots comme l’actionnaire, l’action. De là découle le sens de actuel comme synonyme de « présent », que l’on rencontre dans l’actualité, actuellement.
Une autre évolution aboutit au sens de « vrai », exact. Cette nuance est dérivée d’un sens particulier du lat. « exigere », à savoir « peser ». Ce qui est exact est d’abord bien pesé. Le compte est bon ! Ce qui est mal pesé, trop chichement pesé, est exigu. C’est d’ailleurs de ce sens de peser qu’on passe à celui de vendre. L’essai est étymologiquement un pesage, une vérification, une mise à l’épreuve, une tentative.
Par ailleurs, quelques termes semblent assez insolites pour qu’on s’y arrête un instant. C’est d’abord le cas de l’autodafé où auto- signifie acte, action. L’autodafé est mot à mot un acte de foi, c’est la manifestation publique, plus ou moins spontanée, de sa foi. Le terme squatter, quant à lui, rappelle Jacqueline Picoche, vient de l’ang. to squat qui signifie s’accroupir, à partir de l’anc. fr. esquatir (aplatir), dérivé de quatir ou catir qui signifie « exercer une action, une pression sur », « écraser », « presser », cacher. Sur cacher est formé le mot cachot qui désigne la cellule de la prison, puis le terme cachemite avec un suffixe -mite emprunté au jeu de main chaude appelé cachemite, puis par aphérèse (perte du début du mot) la mite et son dérivé le mitard. Le vb catir, de son côté, subsiste avec le sens de « donner du lustre à une étoffe en la pressant », d’où décati et décatir. Cacher a une étymologie proche : du sens de « écraser », on est passé à celui de « faire disparaître de la vue ». Le mot cachet, lui, garde un sens plus proche du sens premier : c’est au départ une boule de cire qu’on écrase sur un document plié ou une enveloppe, d’où le vb cacheter. Le sens premier du terme exaction renvoyait au recouvrement des impôts… Il s’agit d’exiger de l’argent, de pratiquer une sorte d’extorsion de fonds, puis de se livrer à n’importe quelle mauvaise action. Le terme exaction est donc tiré du sens premier de « peser » du vb exiger (cf. ci-dessus l’adj. exact). L’objurgation consiste étymologiquement à mettre en avant le droit contre son adversaire, d’où l’idée de réprimande. Et pour finir, la botanique nous laisse le solidage (ou solidago), mot à mot « la plante qui travaille à rendre solide », « qui affermit », « qui consolide ». Elle est censée avoir des propriétés vulnéraires. La botanique nous laisse aussi le tussilage qui pousse (-age) la toux (tussil-) dehors. C’est une composée dont une espèce est aussi appelée pas-d’âne.

Complément

Viennent du grec de nombreux dérivés incluant le radical -agon-, comme antagoniste, antagonique, agoniste, le protagoniste, etc.
Le mot mite, quand il désigne le petit papillon, vient du néerl.

Masquer les abréviations

Afficher les abréviations

Abréviations et conventions concernant la langue :

abr. abréviation
adj. adjectif
adv. adverbe
a. fr. ancien français
c.-à-d. c’est-à-dire
cf. confer
ex. exemple
fam. familier
fém. féminin
hyb. hybride
id. idem, pareillement
loc. locution
masc. masculin
neut. neutre
part. participe
p.-ê. peut-être
plur. pluriel
pop. populaire
préf. préfixe
prép. préposition
pron. pronom
rac. racine
sing. singulier
subst. substantif
suff. suffixe
vb verbe


Abréviations et conventions concernant le latin :

bas lat. bas latin (à partir du IIIe siècle de notre ère)
lat. latin classique
lat. ecclés. latin ecclésiastique (langue des auteurs chrétiens à partir de la fin de l’Empire)
lat. imp. latin impérial (à partir de la fin du 1er siècle de notre ère)
lat. méd. latin médiéval (à partir du VIIe siècle de notre ère, langue écrite)
lat. pop. latin populaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
lat. vulg. latin vulgaire (à partir du IIIe siècle de notre ère, et dont les formes ne sont pas attestées dans les textes) (1)
grom gallo-roman = latin parlé au Moyen Âge
lat. bot. latin des botanistes


Abréviations et conventions concernant les autres langues :

alld. mot directement emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
als. mot directement emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
angl. mot directement emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
ara. mot directement emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
bre. mot directement emprunté au breton, mais d’origine latine
celt. mot directement emprunté au celtique, mais d’origine latine
esp. mot directement emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
germ. mot directement emprunté au germanique, mais d’origine latine
it. mot directement emprunté à l’italien, mais d’origine latine
occ. mot directement emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
piém. mot directement emprunté au piémontais, mais d’origine latine
port. mot directement emprunté au portugais, mais d’origine latine
prov. mot directement emprunté au provençal, mais d’origine latine

< alld. mot emprunté à l’allemand, mais d’origine latine
< als. mot emprunté à l’alsacien, mais d’origine latine
< angl. mot emprunté à l’anglais, mais d’origine latine
< ara. mot emprunté à l’arabe, mais d’origine latine
< bre. mot emprunté au breton, mais d’origine latine
< celt. mot emprunté au celtique, mais d’origine latine
< esp. mot emprunté à l’espagnol, mais d’origine latine
< germ. mot emprunté au germanique, mais d’origine latine
< it. mot emprunté à l’italien, mais d’origine latine
< occ. mot emprunté à l’occitan, mais d’origine latine
< piém. mot emprunté au piémontais, mais d’origine latine
< port. mot emprunté au portugais, mais d’origine latine
< prov. mot emprunté au provençal, mais d’origine latine
i.-e. indo-européen
arg. argot
arc. archaïque